Actualités

Une saga pour un bout de terrain

Une saga pour un bout de terrain
Vue aérienne du projet déposé par le Club de golf de Beloeil
Juliette Poireau
le 06 novembre à 14:00

Deux mouvements citoyens s’affrontent concernant l’avenir du terrain de golf de Beloeil. Le mouvement Sauvons l’espace vert de Beloeil est en désaccord avec le changement de zonage d’une portion du terrain du Club de golf de Beloeil pour un projet résidentiel, prônant plutôt la préservation de l’entièreté de cet espace vert, tandis que le mouvement Sauvons le Club de golf de Beloeil appuie la vente de 5 % du terrain du Golf pour qu'il évite la faillite.

Yves Deshaies, le deuxième porte-parole du mouvement Sauvons l’espace vert de Beloeil est catégorique : « Nous demandons un véritable débat public. Ce que nous refuse la Ville. Nous demandons d’arrêter cette démarche de modification de zonage afin de mieux évaluer cette proposition, et la nôtre. »

Pour éviter la faillite, rappelons que le Club de golf de Beloeil souhaite vendre 5 % de la superficie de son terrain de 5,2 millions de pieds carrés pour rembourser ses dettes. Une transaction de 7,7 M$ a été réalisée entre le Club de golf et les Habitations Mont-Royal pour construire une résidence pour aînés sur le terrain en question, sous la condition d’une modification de zonage.

En ce sens, la Ville de Beloeil a lancé une démarche de consultation publique pour réfléchir à l’avenir du terrain, notamment en laissant les citoyens s’exprimer avec des commentaires et des mémoires, en engageant un sondage téléphonique et en organisant une rencontre virtuelle avec la population.

« La solution de vendre une partie du terrain est la meilleure pour éviter la fermeture du Club de golf et assurer sa pérennité pour encore de nombreuses années. En plus, c’est une solution qui ne coûtera rien à personne », soutient Steve Flanagan, porte-parole du Club de golf de Beloeil.

En effet, cette nouvelle construction prévoit d’enrichir la Ville de Beloeil de 500 000 $ par année, sans toucher au compte de taxes des citoyens.

Selon la Ville, il y a trois solutions principales dans ce dossier : un développement immobilier sur 5 % du terrain; le statu quo, soit aucune intervention de la Ville pour sauver le golf; ou bien l’achat ou l’expropriation du terrain par la Ville qui aura inévitablement des conséquences sur le compte de taxes des citoyens.

En effet, si la Ville rachète le terrain qui a une valeur estimée entre 60 et 100 M$ pour, par exemple, conserver l’espace vert, les résidents de Beloeil verront leur compte de taxes augmenter de 50 à 100 $ par année, selon un document de la Ville de Beloeil.

« Incohérences et désinformation »

Pour le mouvement citoyen Sauvons l’espace vert de Beloeil, la Ville s’est engagée exclusivement dans la direction du Club de golf. « La demande de modification de zonage ne respecte pas l’accessibilité sociale et la démarche de la Ville est inadéquate », se désole le groupe.

Yves Deshaies dénonce quant à lui « l’inexistence de démocratie municipale » dans ce dossier, et déplore la « désinformation » de la Ville. Le mouvement citoyen remarque certaines incohérences dans la démarche de consultation publique.

D’une part, la mairesse Diane Lavoie semblerait « refuser de discuter en direct » avec les membres du mouvement sous prétexte de la pandémie, ce qui va à l’encontre de la démocratie municipale selon l’experte Caroline Patsias.

Pourtant, la Ville de Beloeil assure avoir « toujours répondu » aux messages du mouvement citoyen.

Également, le mouvement s’interroge sur les dépenses que devront endosser les citoyens si la Ville achète le terrain. Le document prévoit que les citoyens devront assumer 100 % des coûts de cette acquisition. Le groupe souhaite de l’équité, soit 50 % des citoyens et 50 % des actionnaires du Club de golf.

Concernant le sondage téléphonique aléatoire réalisé par une firme embauchée par la Ville de Beloeil, le mouvement dit « avoir remarqué que le Club de golf a publié les résultats de ce sondage avant qu’il ne soit terminé », et demande à la Ville de ne pas dévoiler les résultats du fait que « la qualité de ce sondage est totalement comprise ».

Selon le Club de golf de Beloeil, les résultats publiés dont parle le groupe opposé proviennent d’un sondage initié par le Club lui-même. Ce qui n’a donc rien avoir avec celui effectué par la Ville de Beloeil. D’ailleurs, les résultats de cedit sondage mené auprès de 600 résidents démontrent l’appui de 69 % des répondants pour sauver le Golf.

Finalement, la valeur du terrain du Club de Golf paraît largement surévaluée par le mouvement Sauvons l’espace vert de Beloeil. Selon leurs propres recherches, le prix moyen d’un terrain de golf de l’importance de celui de Beloeil est de 3 M$, ce qui est loin du 60 à 100 M$ considéré par le Club.

Cependant, le Club de Golf confirme ce calcul : « Nous avons fait faire une estimation du prix du terrain par CBRE. Un terrain de 5,2 M$ de pieds carrés et détenant tous les services municipaux peut valoir jusqu’à 100 M$. » Steve Flanagon explique que « le Club tenait à faire appel à des experts pour bien informer les citoyens ».

Le mouvement Sauvons l’espace vert aimerait que l’analyse de CBRE soit publique.

Concrètement, le mouvement souhaite conserver la totalité du seul grand espace vert de Beloeil avec pour objectif de réaliser le projet d’un Parc nature pour tous. Ainsi, les citoyens en faveur de ce projet demandent au conseil « d’agir avec sagesse en posant un geste simple, dire non à cette demande de modification de zonage, et ainsi préserver l’affectation récréative depuis 1968 de cet espace vert ».

Mouvement Sauvons le Club de golf de Beloeil

Un autre groupe citoyen a émergé dans ce dossier, le mouvement Sauvons le Club de golf de Beloeil, qui comme son nom l’indique, veut éviter la fermeture de ce lieu.

Les arguments du mouvement sont clairs : « En permettant la vente d’à peine 5 % de la superficie du terrain et la construction d’unités d’habitations écoresponsables pour nos aînés, Beloeil conservera sur son territoire cet immense espace vert au bénéfice de tous, tout en offrant aux citoyens et citoyennes une solution socialement responsable, un environnement idéal pour les retraités, l’entrée de nouvelles recettes fiscales et de nouveaux consommateurs pour nos commerçants. Sans aucun impact sur le compte de taxes des contribuables de Beloeil. »

De nombreux commentaires soutiennent également cette proposition qui permettrait de garder un grand espace vert et de sauver le Club de golf de Beloeil, tout en profitant à l’expansion de la ville et à l’accueil de nouveaux habitants.

Selon deux sondages menés par le Club, 72 % des répondants appuyaient le sauvetage de l’établissement en mars pour un total de 69 % en septembre.

Stéphane Flanagan ajoute que la vente de 5 % du terrain va « assurer la survie du Club de golf, conserver 95 % de l’espace vert et garder le partenariat avec la Ville de Beloeil qui permet aux citoyens d’utiliser l’espace vert l’automne et l’hiver, tout en ne coûtant rien à personne ».

La Ville reste « neutre »

La mairesse de Beloeil, Diane Lavoie, préfère garder ses commentaires pour la suite des choses, et la Ville réitère que sa position est « neutre » dans ce dossier.

La Ville garantit que l’ensemble des questions soulevées par le mouvement Sauvons l’espace vert de Beloeil « leur ont déjà été répondues par écrit ». De plus, le mouvement est invité à communiquer « directement » avec les employés municipaux qui s’assureront de leur répondre, comme c’est fait « depuis le début ».

Le sondage téléphonique commandé à la firme L’Observateur pour « obtenir le portrait le plus juste possible de l’opinion de l’ensemble des citoyens » s’est terminé le 23 octobre. Les élus prendront connaissance du rapport de l’enquête d’ici 10 jours. Rappelons que ce sondage a été effectué auprès de 1 600 résidents de Beloeil, réparti équitablement entre chacun des 8 districts.

Une annonce sur la suite des choses sera faite lors de la séance publique du conseil du 23 novembre prochain.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.