Actualités

Refonte tarifaire : Brossard dépose à son tour un mémoire

Refonte tarifaire : Brossard dépose à son tour un mémoire
Photo : TVRS
Juliette Poireau
le 28 octobre à 11:00

À la suite du mémoire déposer par la Ville de Longueuil dans le cadre de la démarche de consultation publique de l’Autorité régionale du transport métropolitain (ARTM) pour le projet de refonte tarifaire, c’est au tour de la Ville de Brossard de déposer le sien.

D’entrée de jeu, la Ville confirme son appui des objectifs de la refonte tarifaire, soit la simplification et l’harmonisation de la tarification et l’encouragement de l’utilisation du transport collectif.

« Avec plus de 700 titres de transport répartis dans 17 grilles tarifaires, cette complexité tarifaire est devenue lourde, suscitant de la confusion, voire de la frustration, tout en mettant un frein à l’attractivité du transport collectif », lit-on dans le mémoire.

Bien que Brossard se dit « en accord » avec les recommandations déposées par la Ville de Longueuil, la ville hôte du futur Réseau express métropolitain (REM) désire « apporter certaines précisions ».

Le projet de refonte tarifaire actuel prévoit une hausse du coût mensuel de 44 % aux usagers de l’agglomération de Longueuil qui empruntent l’axe Champlain pour se rendre en métropole avec l’arrivée imminente du REM, tandis que ce nouveau moyen de transport empêchera les autobus de circuler sur le pont et ajoutera un transfert modal aux utilisateurs pour le même trajet. Brossard affirme que pour certains, il s’agit là d’une « baisse de service ».

En ce sens, la Ville recommande de mettre en place une mesure tarifaire transitoire sur plusieurs années financée par le gouvernement provincial afin d’assurer un service optimal et d'envisager une bonification de service au fur et à mesure du déploiement du REM sur les autres tronçons que celui de la Rive-Sud.  

Également, Brossard demande une tarification uniforme pour tous les utilisateurs du Grand Montréal en gardant un coût mensuel de 100 $, par « souci d’équité et pour une vision métropolitaine cohérente du financement du transport collectif ».

Selon les exercices financés actuels et projetés par l’ARTM, la contribution des usagers et des automobilistes tend à diminuer tandis que celle des municipalités augmente. De ce fait, Brossard souhaite mettre en place en nouveau chantier qui aura comme objectif de proposer des solutions pour générer des revenus supplémentaires et maintenir un équilibre de la cotisation des usagers et des municipalités, tout comme l’a recommandé sa ville voisine.

« Une forme de stabilisation financière est nécessaire dans le temps si nous voulons tous faire en sorte d’optimiser le transport collectif et d’atteindre nos objectifs en développement durable », mentionne le document.

Encore une fois dans la même optique que la Ville de Longueuil, Brossard suggère d’augmenter de manière significative l’investissement du gouvernement du Québec pour le transport collectif et de diversifier les sources de financement pour développer le transport collectif et réaliser des projets structurants. Selon Brossard, « le cadre financier et les enjeux de financement actuels ne permettent pas d’arriver pleinement à l’atteinte des objectifs en matière de mobilité durable. »

Finalement, la Ville de Brossard veut maintenir un tarif préférentiel pour les étudiants et en définir un pour les déplacements hors pointe pour les aînés et propose une autre démarche de consultation publique qui portera sur la tarification sociale. En accord avec les orientations de la Communauté métropolitaine de Montréal, Brossard pense que « la mesure devrait être financée par le gouvernement en considérant que les investissements consentis en matière de tarification sociale auront des répercussions positives dans les domaines de la santé et du développement économique et social ».


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.