Actualités

Longueuil veut une élection partielle dans le district d’Iberville

Longueuil veut une élection partielle dans le district d’Iberville
Séance du conseil de la Ville de Longueuil du 15 septembre
Juliette Poireau
le 18 septembre à 10:30

Les élus de la Ville de Longueuil ont voté à l’unanimité pour que la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), Andrée Laforest, autorise la tenue d’une élection partielle dans le district d’Iberville dans les meilleurs délais.

Des directives seront transmises sous peu à la ministre.

Rappelons que le MAMH a autorisé la reprise des élections pour le 4 octobre, mais que les municipalités dont la vacance concerne un poste de conseiller, sans perte de quorum, ne sont pas obligées de maintenir une élection partielle d’ici l’élection générale de 2021. Pour en tenir une, c’est à la ministre d’exercer son pouvoir pour fixer la date du scrutin.

Ainsi, pour les municipalités qui souhaitent pourvoir un poste d’élu vacant, comme c’est le cas à Longueuil, la ministre pourrait ordonner la tenue du scrutin à la suite d’échanges entre la Ville et la direction régionale concernée.

« Cette résolution informe notre ministre de notre désir collectif de tenir des élections partielles », a déclaré la mairesse Sylvie Parent lors de la séance du conseil de ville du 15 septembre.

Pour sa part, le chef de l’opposition officielle, Xavier Léger, a rappelé : « Cela fait maintenant neuf mois qu’aucun représentant du district d’Iberville siège au conseil de la Ville de Longueuil. Si on attendait à la prochaine élection, les citoyens d’Iberville auront passé 23 mois sans être représentés. Même dans le contexte actuel de la COVID-19, ce délai est pour moi déraisonnable. »

La décision de tenir une élection partielle avant l’élection municipale de 2021 est entre les mains de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, tout comme la date du scrutin.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.