Actualités

Catastrophe écologique à Longueuil

Catastrophe écologique à Longueuil
Photo : Patrick R. Bourgeois
Juliette Poireau
le 03 décembre à 16:00

Le photographe animalier Patrick R. Bourgeois rapporte une histoire d’horreur qui s’est produite dans un milieu naturel de Longueuil : une pelle mécanique a drainé sur plus d’un kilomètre des milieux humides où s’était réfugiée une saine population de rainettes faux-grillon.

« C’est un véritable massacre », se désole Patrick R. Bourgeois, l’un des seuls photographes à avoir des clichés de cette petite grenouille de deux centimètres. Le passage de la machine a écrabouillé les grenouilles en dormance à l’approche de l’hiver, arraché la végétation et drainé les étangs. Dorénavant, les étangs où pouvait s’y reproduire cet amphibien menacé n’existent plus.

« Le site concerné était l’un des derniers où la rainette se portait bien », explique le photographe, révolté. Actuellement, on ne dénombre plus qu’une dizaine de populations de rainettes faux-grillon au Québec, dont la plupart sont en plein déclin.

« C’est une espèce qui est menacée par les bouleversements climatiques, par l’étalement urbain et par l’agriculture qui disperse du poison un peu partout. Ça va très mal pour la rainette faux-grillon », déplore-t-il.  

C’est Tommy Montpetit, un protecteur de la rainette faux-grillon depuis des décennies et grand ami de Patrick R. Bourgeois, qui a découvert la catastrophe. Il a porté plainte contre les auteurs du méfait, soit le groupe Shathony de Chambly qui a effectué l’opération de drainage par l’entremise de l’entrepreneur Jean-Roch Brodeur excavations ltée.

« Le groupe a détruit les milieux humides pour construire un projet immobilier pour 2022-2023, confirme M. Bourgeois. C’est complètement hallucinant qu’une compagnie se permette d’agir de la sorte, contre une espèce menacée. J’espère que des sanctions sévères la viseront, il faut que ce soit une vraie punition. »

Catastrophe-ecologique-Longueuil-1.jpg

Par ses recherches, Patrick R. Bourgeois affirme qu’il s’agit d’un acte « complètement illégal ». En effet, le groupe a procédé aux travaux sans aucune autorisation et sur un terrain détenteur d’un certificat de protection de la Ville de Longueuil. Selon M. Bourgeois, la Ville est mécontente de cette situation et soutient ne pas avoir été mise au courant de cette opération. 

« Cette opération de drainage est tellement extrême qu’elle est en train de faire sortir l’eau du boisé Du Tremblay qui est un refuge faunique. Ce milieu humide se vide, ce qui a des impacts considérables », affirme-t-il.

Pour le photographe, la rainette faux-grillon est « un emblème de tout ce qui se passe dans les milieux humides du Grand Montréal » et rappelle que de nombreuses espèces sont concernées par la destruction de leur habitat. Plus de 85 % des milieux humides et naturels ont été détruits dans cette région.

Pour essayer d’aider les populations de rainettes à se rétablir, l’organisme Ciel et Terre de Tommy Montpetit aménage des nouveaux étangs. Toutefois, un petit étang coûte environ 15 000 $. Inutile de dire que sur un kilomètre, la somme risque d’être très élevée. Patrick R. Bourgeois pense que ce ne sont pas aux citoyens de Longueuil de payer pour le rétablissement de l’espèce, si c’est encore possible, mais par la compagnie qui a produit cette catastrophe.

« Le dossier est actuellement entre les mains du fédéral et une enquête est en cours, confirme le photographe. J'espère que ce sera une punition exemplaire. »

Rappelons que la Ville de Longueuil souhaite adopter prochainement un Plan de conservation des milieux humides. Patrick R. Bourgeois soupçonne le malfaiteur de s’être pressé avant cette adoption.

Pour sauver ce qui perdure de la population de la rainette faux-grillon, M. Bourgeois explique qu’il faut « arrêter d’empiéter sur les derniers petits îlots qui restent pour plutôt les agrandir ».

« Il faut prendre conscience que cet animal est fragile et que son environnement est très fragilisé. Il faut désenclaver et naturaliser à nouveau certains secteurs afin de donner une bouffée d’air aux animaux avec qui nous cohabitons », conclut-il.  


Commentaires

Ça arrive souvent ce genre de chose!!! Les entrepreneurs font à leur tête malgré la supposée protection de la Ville!!! Ils s'en fiche de payer l'amende car les profits sont énormes!!! Et la Ville qui voulait tuer 15 cerfs ne versera pas de larmes sur ces petits animaux!!!! Les salauds d'humains continuent à massacrer la planète ! On ne respecte plus le Fédéral...!!! Foutaise les espaces Protégés pour les promoteurs barbares!!!!

le 06 décembre à 19:35, par Marguerite Desrosiers,

D accord a 1000% avec le commentaire de Marguerite Desrosiers. On ne respecte plus RIEN. L'humain se croit maitre et roi de la planete...

le 09 décembre à 12:45, par Halchka Sangowicz,

Voir cet article pour la suite : https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/2020-12-06/milieux-humides-et-rainette-faux-grillon/le-ministere-de-l-environnement-enquete-a-longueuil.php

le 10 décembre à 10:58, par Mario Laflamme,

Je condamne l'action Mais souvent c''est par manque d'information de tous les intervenants que ce genre d'action arrive Je suppose que le chauffeur de la pelle ne sais même pas de quoi on parle Il est la en partie le probleme

le 10 décembre à 15:03, par Holveck,

Les responsables incluent celui qui a conduit la pelle devraient faire un tour en prison et être obligé de remettre en état le terrain comme avant et de payer pour repeupler le site.....assez c'est assez.... Un autre sans génie avait fait la même chose à ville ste-catherine.....

le 11 décembre à 13:09, par Patrice ,

Quel montant d'amande sera à payer, et si c;est minime comparé aux profits éventuels, il faudrait deux choses: Premiérement, rendre l'amande bien salée, et deuxièmement, forcer les responsables a verser cette amande pour qu'elle profite a un endroit protégé. Eh, ah, il faudrait peut-etre aussi savoir pourquoi et qui a donne un permis de développement? Ah et en plus ou en moins, une solution serait de forcer les responsable a defaire ce fossé et a remettre ce terrain dans l'état ou il etait avant d'etre dévasté. Je favorise ce dernier choix. Comme dit l'article, assez, c'est assez!

le 11 décembre à 14:19, par Nicole Gervais,

Mais quel massacre là encore ! Ce monde n'est pas le nôtre mais aussi celui des autres espèces avec lesquelles nous devons cohabiter, combien de fois faudra-t-il encore le répéter ? Il n'y en a que pour quelques animaux domestiques et encore il faut voir de quelle façon. Tant de mépris est triste, cruel et somme toute affligeant...

le 11 décembre à 20:43, par Charlotte Ricart-Dépret,

Pourquoi qu’il ont pas vérifié ça avant de faire les travaux 🚧 il sont donc stupide c’est quoi qu’ils vas se passer maintenant pour c’est petite bêtes le monde me fait chier vraiment désolé mais c’est vrais ont vas avoir des gros problèmes pour l’avenir par votre faute gang de tâta

le 12 décembre à 02:24, par Marie-Diane,

CEUX QUI ONT UNE CONSCIENCE n'encouragent pas la construction de condos en les achetant pour habiter ou pour louer. CESSEZ IMMÉDIATEMENT D'ACHETER DES CONDOS PRÈS DES BOISÉS. moi j'ai choisi une maison-mobile près d'un boisé. aucun dommage n'a été fait et je continue de protéger l'environnement. La faune et la flore. J'ai fait opérer 19 chats de colonie. je les nourris et les soigne. j'ai 5 érables centenaires sur mon terrain que je protège jalousement de ces fous de la pelle mécanique. jE SUIS parfaitement heureuse ici depuis 8 ans. je demeurais à St-Lambert avant et je me suis tannée de la rue Victoria toujours ralentie et envahie par les DINKS qui ont chacun leur auto. D'AUTRES NON-CONSCIENTISÉS. IL Y EN A PARTOUT ! Mais en déménageant dans un milieu pauvre, je me suis retrouvée à découvrir les pauvres. Je les choisis au détriment de la plupart des riches qui ne pensent qu'à posséder et ne sont jamais rassasiés. toujours et encore plus jour après jour. tout pour moi rien pour les autres. Je ne veux plus me retrouver parmi eux. j'ai changé. j'ai gravi un échelon sur la conscience écologique. Jaser avec les riches dans un café sur Victoria ne m'apportait rien. Maintenant, j'ai des mangeoires pour les mésanges, les geais bleus et les cardinals. je prends mon petit déjeûner avec eux. C'est ca le grand luxe.

le 14 décembre à 22:18, par jOHANNE BERNIER,

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.