Actualités

Une usine de biocarburants verra le jour à Varennes

Une usine de biocarburants verra le jour à Varennes
Image : Projet Recyclage Carbone Varennes d'Enerkem
Juliette Poireau
le 08 décembre à 13:00

Les gouvernements provincial et fédéral injectent respectivement 160 et 75 millions de dollars dans le projet d’usine de transformation de matières résiduelles en biocarburants à Varennes.

D’une valeur totale de 876 M$, le projet Recyclage Carbone Varennes (RCV) est une initiative de la société québécoise Enerkem. La phase de construction de cette nouvelle installation va créer 600 emplois, tandis qu’une centaine de postes permanents s’ajouteront aux 150 emplois actuels pour les opérations quotidiennes.

L’usine valorisera annuellement plus de 200 000 tonnes de matières résiduelles non recyclables et de biomasse forestière résiduelle en une production de 125 millions de litres de carburant propre. RCV produira l’un des carburants à plus faible intensité de carbone en détournant ces déchets de l’enfouissement.

Cette revalorisation réduira l’équivalent du retrait de 50 000 véhicules de la route chaque année en gaz à effet de serre (GES).

De l’enveloppe de 876 M$, 687 M$ serviront à la construction de l’usine, tandis que les 189 M$ permettront à Hydro-Québec de mettre en place un projet pour fournir de l’hydrogène vert.  

En effet, la société d’électricité compte ériger l’une des plus grandes installations de production d’hydrogène et d’oxygène renouvelables au monde avec un électrolyseur de 87 mégawatts misant sur l’électricité verte du Québec. La capacité hydroélectrique excédentaire du Québec sera transformée en biocarburants à valeur ajoutée et en produits chimiques renouvelables.

L’usine sera alors entièrement alimentée par de l’énergie verte.

Dans l’optique d’une économie circulaire, RCV donnera une seconde vie aux matières résiduelles et permettra d’accroître l’offre globale de carburants de remplacement ainsi que d’augmenter la production de biocarburants.

Les retombées économiques annuelles récurrentes de ce projet sont estimées à 85 M$ pour la province.

En point de presse, le premier ministre du Québec, François Legault, a déclaré que ce projet va « encourager une entreprise québécoise innovante et consolider le leadership du Québec dans les technologies vertes ».

Une technologie innovante

Le procédé thermochimique d’Enerkem transforme le carbone en biocarburants et en produits chimiques renouvelables, à partir de méthanol. Ces nouveaux produits vont permettre de réduire la consommation d’hydrocarbures traditionnels utilisés pour le transport et dans les produits de la vie quotidienne, tels que la peinture, le liquide lave-glace, certains produits chimiques et divers plastiques.

Basée à Montréal, Enerkem possède déjà une usine à Edmonton et tient un centre de recherche à Westbury, au Québec.

Pour la ministre fédérale du Développement économique, Mélanie Joly, « Enerkem, c’est le génie québécois et canadien à l’œuvre ».

Ce projet découle d’un partenariat avec Shell, l’investisseur principal, Suncor et Proman.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.