Actualités

SPAL : Mise en place de la philosophie de police de concertation

SPAL : Mise en place de la philosophie de police de concertation
IMAGE : TVRS
Juliette Poireau
le 17 juin à 12:45

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) formera dès cet automne 24 policiers RÉSO et entamera par la même occasion la mise en place de sa philosophie de police de concertation.

Le projet Policiers RÉSO du SPAL peut s’amorcer en raison d’une subvention de près de 4 M$ accordée par le gouvernement du Québec.

Axée sur la prévention, cette nouvelle approche a pour but de créer des liens de confiance avec la population, d’avoir une meilleure compréhension des enjeux du territoire et d’adopter un dialogue constructif.

Les policiers RÉSO auront une formation et un mandat propres à eux. En effet, ils devront suivre un programme de développement professionnel constitué de cinq semaines de stage d’immersion sociale et citoyenne, sans arme ni uniforme, afin d’être sensibilisés sur les diverses réalités de sa communauté pour ainsi influencer leur vision et leur approche sur le terrain.

Les agents RÉSO seront déployés dans des secteurs dans l’objectif d’entrer en contact avec les gens du milieu et d’agir à tous les signes précurseurs, que ce soit de nature criminelle, de désorganisation, ou autre.

« Les RÉSO auront ainsi un rôle moins traditionnel que leurs confrères, en ce sens qu’ils ne répondront pas aux appels 9-1-1, détaille le SPAL. Ils agiront au quotidien, bien en amont, afin d’éviter l’aggravation et la détérioration des problématiques ou des situations. »

Ces policiers seront donc plus visibles, plus accessibles et plus disponibles.

À long terme, ce projet va aider à diminuer la fréquence des appels répétitifs, d’éviter d’être continuellement en réaction et de pouvoir intervenir seulement en cas de crise.

« Grâce à la philosophie de la police de concertation, incarnée par le projet Policiers RÉSO, on redéfinit la place du policier dans sa collectivité afin que son rôle ne se limite plus juste à assurer la sécurité et à créer des relations de proximité avec les citoyens, déclare Fady Dagher, directeur du SPAL, par voie de communiqué. Appuyé par des partenaires, il vivra une immersion permanente au sein de la population afin d’intervenir en amont, donc bien avant que des appels d’urgence soient faits au 9-1-1. C’est une approche accompagnée d’un grand humanisme et de bienveillance. »

Ce projet est destiné à venir en aide aux personnes les plus vulnérables, telles que les personnes aux prises avec une dépendance ou en situation d’itinérance, les personnes âgées ou les victimes de violence conjugale, d’agressions sexuelles ou de maltraitance, de manière préventive.  

En plus de l’aide financière annoncée, Québec réserve un investissement récurent de 300 000 $ pour supporter le volet psychosocial du projet, soit le maintien de l’équipe de soutien à l’intervention psychosociale (ESIP) du SPAL qui travaillera avec les policiers RÉSO pour faire de l’intervention de proximité auprès de ces clientèles vulnérables.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.