Actualités

Le REM dévoile une de ses voitures

Le REM dévoile une de ses voitures
IMAGES : TVRS
Juliette Poireau
le 30 août à 15:00

Le Réseau express métropolitain (REM) a présenté pour la première fois à la population une de ses voitures la fin de semaine dernière lors d’un événement public au Quartier DIX30 à Brossard. Des experts donnaient de l’information et répondaient aux questions des visiteurs.

Présenté pour la toute première fois en avril 2016, le projet du REM n’a cessé d’évoluer. La mise en service du tronçon sur la Rive-Sud est prévue l’été prochain, six ans plus tard.

« Le projet a évolué de manière très efficace, soutient Jean-Vincent Lacroix, porte-parole du REM. On est aujourd’hui rendu à une étape clef, soit de permettre aux futurs usagers du REM d’embarquer dans la voiture qui va éventuellement les conduire au centre-ville de Montréal, au Mont-Royal ou sur la rue Sainte-Catherine. »

REM-voiture-2021-3.jpg

Actuellement, la construction du réseau se poursuit sur la Rive-Sud et partout dans la région métropolitaine. Plusieurs essais sont également effectués régulièrement depuis l’hiver dernier, notamment pour vérifier le système automatisé. L’équipe souhaite réaliser 13 mois de tests avant la mise en service.

« L’objectif, c’est vraiment de mettre en service cette antenne sur la Rive-Sud de Brossard jusqu’à la gare Centrale l’été prochain, pour ensuite ouvrir progressivement la suite des antennes jusqu’à la fin de 2024 », explique Jean-Vincent Lacroix.

À terme, le REM parcourra 67 kilomètres de la Rive-Sud à la Rive-Nord en passant par Montréal et se rendant jusqu’à l’aéroport Pierre-Eliott-Trudeau.

Système automatisé

Le projet du REM compte plusieurs premières au Québec, selon Jean-Vincent Lacroix. En effet, il s’agit du premier réseau de métro 100 % automatisé et à l’extérieur. De plus, des systèmes de portes palières permettent de protéger les gens de la voie ferrée.

L’automatisation du REM est au niveau élevé, c’est-à-dire que tout est automatisé : l’accélération, les décélérations et l’ouverture des portes.

Tout le réseau sera contrôlé via un centre de contrôle qui sera situé à Brossard, autrement dit, le cerveau du REM.

Selon le porte-parole, cette technologie est très fiable et permet d’aller chercher un temps de transport le plus compétitif possible.

Un réseau attractif pour laisser tomber l’automobile

Le REM a été conçu pour offrir une véritable expérience à ses usagers. « L’objectif ultime, c’est vraiment d’arriver avec une solution attractive pour que les gens fassent le choix de laisser l’auto à la maison, déclare Jean-Vincent Lacroix. Le REM sera rapide, fiable et fréquent. »

En effet, le train passera toutes les deux minutes et demie en heure de pointe, et toutes les cinq minutes en dehors. Il sera en service 20 heures par jour, soit de 5 h le matin à 1 h le lendemain.

Les voitures auront des attributs supplémentaires pour assurer le confort des usagers, dont le Wi-Fi gratuit, l’air climatisé et des planchers chauffants, en plus d’être un moyen de transport très lumineux.

« La baie vitrée d’en avant est la plus grande du monde », affirme le porte-parole. Les utilisateurs pourront alors admirer la vue sur Montréal pendant la traversée du pont Champlain, car il n’y a pas de chauffeur.

REM-voiture-2021-6.jpg

« Tous ces détails ont été conçus et réfléchis pour donner envie aux gens d’opter pour un mode de vie accès sur le transport collectif », conclut Jean-Vincent Lacroix.

Accessibilité universelle

Le REM sera un réseau entièrement accessible universellement. Des ascenseurs seront installés dans toutes les stations, la signalisation sera pensée pour répondre aux besoins des personnes avec des troubles de l’audition, les couleurs choisies permettent un contraste pour mieux guider les usagers, et un système d’ambiance sonore sera élaboré pour les personnes non voyantes. L’équipe du REM assure avoir travaillé de concert avec plusieurs organismes et représentants des personnes en situation de handicap.

REM-voiture-2021-7.jpg

Néanmoins, des visiteurs en situation de handicap rencontrés sur les lieux ont remarqué certaines lacunes dans la maquette présentée. « Les poignées sont trop hautes pour se tenir, l’endroit réservé aux fauteuils roulants n’est pas assez large, les boutons d’urgence sont trop haut, il n’y a aucune indication écrite en braille dans la voiture, il reste des choses à faire », soulève Marie-Jo Cajolais du Regroupement des usagers du transport adapté du Haut Richelieu (RutacHR).

Jean-Vincent Lacroix rappelle que la voiture présentée la fin de semaine dernière est une maquette et que les commentaires entendus vont permettre de l’améliorer avant la mise en service.

De passage à l’événement, la mairesse de la Ville de Brossard, Doreen Assaad, s’est dite enchantée : « Je pense que pour les gens, ça enlève l’inconnu, le mystère de ce que va être ce train électrique, et là ils ont l’opportunité de voir la maquette. Pour ma part, je trouve la voiture exceptionnelle, et j’ai très hâte de faire mon premier tour de REM. »


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.