Actualités

Le personnel de soutien du cégep Édouard-Montpetit en grève le 13 mai

Le personnel de soutien du cégep Édouard-Montpetit en grève le 13 mai
IMAGE : TVRS
Juliette Poireau
le 05 mai à 10:50

Le Syndicat du personnel de soutien du cégep Édouard-Montpetit (SPSCEM) sera en grève le jeudi 13 mai prochain en raison de la sortie publique du gouvernement du Québec de dimanche dernier jugée « décevante » et « choquante ».

Une grève annoncée par la Fédération du personnel de soutien de l’enseignement supérieur (FPSES-CSQ) dont est affilié le SPSCEM et une vingtaine d’autres syndicats, représentant près de 5 000 membres.

Marlène Couture, présidente du SPSCEM, s’est exprimée : « Si M. Legault et Mme LeBel pensaient ainsi nous inciter à boucler une entente à la va-vite, sans amélioration des offres monétaires, leur message aura eu tout l’effet contraire. »

Dimanche, le premier ministre François Legault et la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, ont fait une sortie publique afin de presser les syndicats sans convention collective depuis plus d’un an d’arriver à une entente « au plus vite ». Ils ont dévoilé ouvertement les intentions de Québec pour améliorer les conditions de travail et les salaires de certains travailleurs de l’État en santé et en éducation.

En outre, le gouvernement offre une croissance de 23 % de la rémunération des préposées aux bénéficiaires des CHSLD, une augmentation de 18 % du salaire des enseignants, et l’ajout de 14 000 postes dans le réseau de la santé pour contrer la pénurie de main-d’œuvre et alléger la charge de travail des infirmières.

Ce que critique la FPSES-CSQ, c’est le fait que la proposition de hausser le salaire de 5 % sur trois ans des autres travailleurs du secteur public, dont le personnel de soutien, est encore d’actualité, alors que la demande initiale de 8 % d’augmentation continue d’être écartée.

« Nous sommes à la table de négociation depuis 16 mois et nous avons toujours indiqué clairement au gouvernement que nous ne voulions pas de montants forfaitaires qui ne nous seront versés qu’une seule fois, explique Marlène Couture. Nous voulons plutôt de vraies augmentations salariales qui améliorent notre situation financière à long terme. »

Les syndicats trouvent également que François Legault et Sonia LeBel ont contribué à créer une disparité entre ce qui leur est offert et ce qui est présenté aux autres corps d’emploi concernés prioritaires.

« C’est choquant de se voir proposer 540 000 dollars pour régler notre convention collective. Nos demandes pour améliorer nos conditions de travail sont légitimes, tout comme celles pour améliorer les salaires des plus bas salariés que nous représentons », ajoute Mylène Couture.

Cette nouvelle journée de grève veut démontrer la nécessité des membres du personnel de soutien dans les cégeps et réclamer au gouvernement Legault d’arriver à une entente qui améliore les conditions de ces milliers de travailleurs québécois.

Les membres du SPSCEM seront donc en grève le 13 mai prochain avec leurs collègues de FPSES-CSQ.

Selon le calendrier scolaire, dont l’année en cours se termine vers la fin du mois de mai, la grève aura un impact sur les étudiants qui seront en période d’examens finaux ou en fin de session.

Rappelons qu’il s’agira de la deuxième journée de grève organisée par la FPSES-CSQ cette année, tandis que les membres des syndicats affiliés ont obtenu un mandat de grève de cinq jours.

À lire aussi :

Grève au cégep Édouard-Montpetit le 30 mars

Deux syndicats du cégep Édouard-Montpetit se prononcent sur la crise des conditions de travail et salariales dans le secteur collégial

Le cégep Édouard-Montpetit prévoit une grève de cinq jours


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.