Actualités

L’aéroport Montréal Saint-Hubert pourrait être accessible au grand public

L’aéroport Montréal Saint-Hubert pourrait être accessible au grand public
IMAGE : DASH-L
Juliette Poireau
le 13 avril à 13:45

L’organisme sans but lucratif Développement Aéroport Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L) veut développer cette infrastructure afin de devenir un aéroport accessible et ouvert au grand public.

À long terme, DASH-L souhaite offrir trois services à l’aéroport Montréal Saint-Hubert : du transport régional à travers la province, du transport domestique à rabais dans tout le Canada et du transport à faible coût vers les destinations vacances.

À l’étape de vision, le développement de l’aéroport sera réalisé en quatre phases. Aucun échéancier n’est prévu pour le moment, car DASH-L souhaite décrocher du soutien financier des gouvernements fédéral et provincial, en plus d’éliminer l’interdiction des vols à l’extérieur du pays, établie par Ottawa.

L’objectif est de devenir l’aéroport secondaire du Grand Montréal, offrant une structure de coûts pour les transports aériens à rabais. Charles Vaillancourt, président du conseil d’administration de l’Aéroport Montréal Saint-Hubert et directeur de DASH-L, explique : « L’aéroport de Plattsburgh est en train de devenir l’aéroport secondaire de Montréal, mais je pense que les Québécois n’ont pas à se rendre jusqu’aux États-Unis pour avoir accès à des vols à rabais. »

L’aéroport sera composé d’infrastructures minimalistes, mais fonctionnelles, pour répondre à la démocratisation du transport aérien avec des services à faibles coûts. Une aérogare évolutive est prévue dans le projet.

Le transporteur Pascan Aviation est en plein développement pour desservir l’ensemble de la province avec une offre de vols régionaux. Au niveau national, Charles Vaillancourt soutient que plusieurs transporteurs à rabais démontrent déjà un grand intérêt pour la transformation de l’aéroport Montréal Saint-Hubert.

Du côté environnemental, DASH-L souhaite utiliser des technologies vertes, dont une flotte d’avions électriques pour la formation de pilotes. Également, l’aéroport Montréal Saint-Hubert cherche à minimiser sa propre empreinte écologique en augmentant le verdissement du secteur ou en tenant une ruche, par exemple.

Le futur aéroport Montréal Saint-Hubert, si le projet se concrétise, apportera des retombées économiques d’un milliard de dollars par année et générera près de 5 000 nouveaux emplois.

Selon plusieurs sondages, DASH-L estime que la population démontre un fort intérêt pour le développement de l’aéroport, soulignant que, tout au long du processus, les citoyens seront consultés. Charles Vaillancourt assure que les plaintes de bruit envers l’aéroport ont cessé et que « la paix sociale est revenue » sur ce sujet, notamment avec la mise en place de mesures d’atténuation et la création d’un comité consultatif sur le climat sonore.

Actuellement, rappelons que l’aéroport Montréal Saint-Hubert n’effectue que des opérations aériennes techniques qui ne bénéficient pas au grand public.

L’annonce de cette vision a été dévoilée aujourd’hui, lors des midis-conférences de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud.


Commentaires

Quel sondage? Ceux qu’ils se font entre eux? C’est un projet qui peut avoir ses avantages, mais penser développer sans l’acceptabilité sociale, c’est du développement sauvage. Rien d’autre.

le 16 avril à 11:42, par Micheline Charest,

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.