Actualités

La Prairie : Des citoyens mécontents de l’emplacement du nouveau parc canin

La Prairie : Des citoyens mécontents de l’emplacement du nouveau parc canin
Image : Page Facebook Citoyens pour un parc inclusif - La Prairie
Juliette Poireau
le 21 septembre à 15:00

Plus de 700 habitants de La Prairie ont signé une pétition qui s’oppose à la construction d’un nouveau parc canin dans un quartier résidentiel.

Au début du mois de septembre, la Ville de La Prairie annonçait l’aménagement d’un nouveau parc canin sondé en deux pour les petits et gros chiens entre les rues Pierre-Falcon et Denise-Lemaistre et sur la rue Pierre-Gasnier, près de l’avenue du Maire.

Bien que le maire, Donat Serres, mentionne que ce projet répond à des requêtes de la communauté, de nombreux citoyens déplorent l’inexistence de consultation publique sur le sujet.

« Un matin au réveil, j’ai remarqué que des poteaux se faisaient installer dans l’espace vert à côté de chez moi, et c’est en demandant aux travailleurs que j’ai su qu’un parc canin serait bâti ici alors que la Ville ne nous en a jamais avisés », raconte Tiffany McNeil, une résidente de La Prairie.

Deux mises en demeure ont été envoyées à la Ville de La Prairie.

Le groupe Citoyens pour un parc inclusif – La Prairie désapprouve la distance du parc et des maisons du secteur. « La Ville a décidé de construire un parc canin à 4 mètres de la clôture des résidences, et à 15 mètres de chez moi, détaille Mme McNeil. On n’est pas contre les parcs canins, on n’est pas contre les chiens, mais c’est l’emplacement qui nous inquiète. »

De plus, aucune place de stationnement n’est prévue avec ces nouvelles installations, et Mme McNeil craint l’augmentation du « trafic et de la pollution sonore ».

Le nouveau parc à chiens est situé aux abords d’un corridor scolaire au milieu de deux croissants résidentiels dans l’un des seuls espaces verts du secteur. « Nos enfants et les familles du voisinage utilisent cet espace vert qui se fait rare sur le territoire, pour jouer et profiter du plein air », mentionne Tiffany McNeil.

D’ailleurs, les enfants du secteur se sont exprimés par une vidéo, expliquant leur attachement à cet espace de verdure qu’ils ont nommé Le parc des roches, et leur insécurité face à l’arrivée de « plus d’automobiles et de gens inconnus ».

Un conseiller devient indépendant

Dans la foulée de cette révolte citoyenne, le conseiller municipal du district n˚ 8 ou de la Briqueterie, Denis Girard, siège désormais comme indépendant. Opposé également au nouvel emplacement du parc canin, M. Girard, qui avait été élu sous la bannière du parti du maire Donat Serres, explique son choix en raison de « divergences d’opinions ».

Lors de la séance du conseil municipal du 8 septembre, M. Girard a exprimé son désaccord à la construction d’un parc à chien dans le quartier visé et a même tenté d’adopter une motion pour suspendre les travaux, sans succès.

Le conseiller dit joindre sa voix aux citoyens contre ce projet : « Si vous décidez de poursuivre vos moyens de pression, je crois qu’il est important de continuer de le faire par des canaux pacifiques que vous utilisez déjà, telle que votre pétition », a-t-il mentionné. Il demande aux citoyens de faire preuve de patience, et assure que tous les conseillers de La Prairie ont « le cœur au bon endroit ».

Le maire répond aux citoyens

En réponse au mécontentement citoyen par l’entremise de questions posées à la séance du conseil municipal du 8 septembre, le maire Donat Serres explique que l’installation d’un parc canin plus à proximité que celui au bord de l’autoroute 15 est une volonté des propriétaires de chiens qui prônent la « mobilité active ».  

Également, la Ville de La Prairie est allée vers « des terrains disponibles » pour la construction de ce parc canin. Donat Serres rappelle que « les espaces de terrains sont très restreints ».

Le zonage de l’espace vert concerné permet un parc récréatif en tout genre. « La Ville doit répondre en termes de services et de loisirs envers tous les citoyens, sans discrimination », déclare le maire.

Néanmoins, il tend à rassurer la population sur la conservation du sentier piétonnier et sur l’intervention du Comité de circulation qui veillera au respect des déplacements et du stationnement. De plus, le parc canin occupera 23 % de la superficie de l’espace vert et n’occasionne aucune coupe d’arbres et de retrait d’équipements.

Le maire ajoute que territoire de La Prairie propose plusieurs infrastructures sportives, mais que certaines personnes profitent de ces installations pour y promener leur chien, « ce qui n’est pas très hygiénique pour les jeunes qui utilisent ces espaces ».


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.