Actualités

Deux organismes de Longueuil œuvrant auprès de la communauté noire se voient refuser une subvention

Deux organismes de Longueuil œuvrant auprès de la communauté noire se voient refuser une subvention
Denis Trudel en conférence de presse.
Juliette Poireau
le 15 janvier à 13:50

Le député de Longueuil–Saint-Hubert, Denis Trudel, réclame au ministère de l’Emploi et du Développement social du Canada de revoir les demandes de subvention de deux organismes du territoire œuvrant auprès de la communauté noire qui ont été rejetées.  

Les organismes CÉSUMAS et Sentier de l’espoir ont chacun effectué une demande d’aide financière dans le cadre de l’initiative Appuyer les communautés noires du Canada qui vise à financer des projets d’organismes communautaires pilotés par des personnes noires. Ce programme comprend une enveloppe totale de 25 M$.

Bien que les deux organismes concernés soient dirigés par des personnes noires et que leurs services soient destinés à la communauté noire de Longueuil et des alentours, ceux-ci ont été jugés inadmissibles au programme sous prétexte « qu’ils n’étaient pas dirigés par des personnes s’identifiant comme noires ».

Pourtant, la directrice générale du CÉSUMAS, Chrismene Joseph, est bel et bien une femme noire. Choquée par la réponse du ministère, elle s’est exprimée : « Bien sûr que je m’identifie comme noire, et mes collègues aussi d’ailleurs. Je me demande quels critères le gouvernement a utilisés pour déterminer que je n’étais pas assez noire à ses yeux. »

Le CÉSUMAS a envoyé une demande de subvention de 100 000 $ au ministère pour permettre à l’organisme de poursuivre ses activités d’aide alimentaire et d’hébergement. Dans le contexte de la pandémie, l’organisme reçoit de plus en plus de demandes d’aide. Plus de 100 personnes en situation d’itinérance, ayant des troubles de santé mentale ou vivant tout autre problème, ont été accueillies par l’organisme. De plus, une quarantaine de familles ont recours au service d’aide alimentaire.

« L’argent nous aurait permis de rénover et réaménager notre banque alimentaire pour mieux accueillir les gens dans le besoin, ou encore de construire une cuisine pour préparer des repas aux itinérants », se désole Chrismene Joseph.

La contradiction et l’incohérence du gouvernement ont également été dénoncées par le responsable du Sentier de l’espoir, le pasteur Crispin Mbaya de l’Église Pentecôtiste Christ-Roy : « On met tout en œuvre pour essayer de sortir les nouveaux arrivants et les immigrants de l’exclusion sociale, et même le gouvernement nous ferme la porte aux nez! »

L’organisme a envoyé une demande de subvention de 35 000 $ pour réaliser un projet rassembleur pour les jeunes noirs qui vise à utiliser les activités culturelles pour socialiser. « Ce qu’on voulait c’était sortir les jeunes de leur exclusion pour les motiver à rester actif dans la société », ajoute Crispin Mbaya.

Le Sentier de l’espoir, qui a reçu un refus pour la même raison que CÉSUMAS, est un organisme qui accueille les nouveaux arrivants et les accompagne dans leur intégration à la société québécoise. Crispin Mbaya est lui-même un homme noir.

On se demande alors pourquoi le gouvernement a rejeté deux demandes d’aide financière qui remplissaient pourtant le principal critère d’admission : un organisme dirigé par des personnes issues de la communauté noire.

Denis Trudel s’engage à trouver des réponses plus claires à ces deux refus en communiquant directement avec le ministère de l’Emploi et du Développement social. Le député réclame au gouvernement de revoir les critères d’admissibilité du programme, de réévaluer les demandes des deux organismes et que des excuses soient présentées.

« La façon dont les organismes ont été traités par le gouvernement est inacceptable. Franchement, je pense que les employés et les bénévoles de ces organismes méritent des excuses », soutient Denis Trudel.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.