Actualités

Une pétition contre la nouvelle taxe de 50 $ sur l’immatriculation

Une pétition contre la nouvelle taxe de 50 $ sur l’immatriculation
Emilie Tremblay
le 27 juin à 09:30

Plus de 6000 personnes ont signé une pétition demandant l’annulation de la nouvelle taxe annuelle de 50 $ imposés aux citoyens de la Rive-Sud et de la Rive-Nord, lors du renouvellement de leur immatriculation.

La taxe a été votée, la semaine dernière, par les 82 municipalités qui composent la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et servira à diversifier les sources de revenus des sociétés de transport collectif du territoire de la CMM.  Cette mesure, qui devrait débuter en 2021, permettrait de récolter près de 100 millions de dollars supplémentaires annuellement, en comptant la contribution des Montréalais, qui payaient déjà une taxe similaire.

Or, plusieurs citoyens se disent mécontents de cette nouvelle taxe, incluant l’initiatrice de la pétition, la Candiacoise Tanya Robert. Elle soutient que « ce genre de mesures » ne concernent pas les résidents des rives et qu’il est « faux de considérer que tous les banlieusards profitent fréquemment des services disposés à Montréal ».

Elle accuse aussi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, d’inviter les gens « à déserter l'économie montréalaise ».

Mme Robert affirme aussi avoir contacté le maire de Boucherville, Jean Martel, afin d’avoir son appui. « Je voudrais savoir comment nous pourrions collaborer afin de rendre cette affaire des plus sérieuses devant les tribunaux s'il le faut. Car oui, j'aimerais même demander et manifester afin d'obtenir une nouvelle enquête sur le réseau routier. »

Rappelons que tous les maires de la CMM se sont montrés en faveur du projet, sauf le maire de Boucherville, Jean Martel soulignant « qu’une nouvelle taxe c’est n’est pas souvent une excellente nouvelle pour le contribuable. »

Il a souligné qu’il y avait plusieurs autres initiatives pour financer le transport en commun, comme le fond vert et la taxe carbone.

Finalement, Tanya Robert soutient que « les gilets jaunes sont à nos portes » et dit vouloir agir « avant que nous en arrivions à des proportions telles qu'observées en Europe ».

TVRS était toujours en attente d'une réponse de la CMM jeudi.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.