Actualités

Saga du bruit à Saint-Lambert: d'importantes rencontres sont prévues

Saga du bruit à Saint-Lambert: d'importantes rencontres sont prévues
Aimée Lemieux
le 23 janvier à 16:00

Le maire de Saint-Lambert s'est montré rassurant sur la question du bruit à Saint-Lambert lors de la dernière séance du conseil municipal: des démarches concrètes ont été entamées avec le promoteur Evenko, la ministre de l'Environnement ainsi que la mairesse de Montréal.

Les dirigeants d'Evenko ont été rencontrés par le maire Pierre Brodeur ainsi que le directeur général de la Ville.

 

L'issue de cet échange: les huit spectacles produits par Evenko, qui se dérouleront au parc Jean-Drapeau cet été, seront communiqués aux résidents de Saint-Lambert, accompagnés de l'heure du début et de la fin de chaque événement. 

 

«Nous avons établi une correspondance avec Evenko. Les gens de Saint-Lambert seront bien informés des spectacles du promoteur», a laissé savoir le maire.

 

M. Brodeur a toutefois rappelé qu'«Evenko n'a jamais dépassé le couvre-feu qui est de 23 h».

 

Même son de cloche du côté de la ministre de l'Environnement, Isabelle Melançon, qui doit être rencontrée mardi afin d'être «sensibilisée sur les effets du bruit pour les citoyens de Saint-Lambert».

 

Pas une priorité imminente à Montréal

 

Bien que le maire confirme avoir établi des communications avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante, celui-ci n'est pas en mesure d'indiquer à quel moment une rencontre formelle pourra se tenir.

 

«Vous comprendrez que Mme Plante, avec les problèmes qu'elle vit à Montréal, que ce soit le remplacement du chef de police ou le compte de taxes, on peut comprendre que Saint-Lambert n'est pas nécessairement la priorité, mais ça demeure une priorité», a-t-il indiqué.

 

«Je rassure les gens qu'une rencontre aura lieu à cet effet», a dit Pierre Brodeur.

 

Nouvelle dynamique

 

En entrevue avec TVRS quelques jours après son élection, Pierre Brodeur affirmait que Saint-Lambert «devrait faire des concessions» dans ce dossier et que son administration «n'avait pas l'intention de nuire» à Montréal.

 

«On vit dans un monde de négociations et de concessions. Dire qu'on va tout régler, qu'on va obtenir tout ce qu'on veut, c'est impensable», expliquait-il.

 

Des gains au profit des résidents de Saint-Lambert seront faits dans le dossier en 2018, assurait toutefois M. Brodeur.

 

Rappelons que l'ancien maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie, avait porté le litige devant les tribunaux. Les frais d'avocat avaient grimpé à 622 000$.

 

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.