Actualités

Renouvellement de la Politique culturelle du Québec

Renouvellement de la Politique culturelle du Québec
Franck Michel
le 02 mars à 14:15

Le 15 février dernier, Hélène David, alors ministre de la Culture et des Communications (MCC) et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, a annoncé officiellement le lancement du chantier sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec. L’actuelle politique date de 1992 et n’a jamais été révisée depuis.

Retour historique

Pour bien comprendre l’importance de la démarche, faisons un bref retour historique. La création du premier ministère de la Culture, alors appelé ministère des Affaires culturelles du Québec, remonte à 1961. On doit sa création à Georges-Émile Lapalme, un ardant défenseur de la culture, qui s’inspire du ministère des Affaires culturelles français, créé deux ans plus tôt par André Malraux. S’éloignant du modèle anglo-saxon des conseils des arts, la conception de ce ministère fait figure d’exception en Amérique du Nord. Georges-Émile Lapalme écrit à ce sujet « Pour eux, la culture résidait dans les arts. Alors que pour nous, c’était, comme une civilisation, un art de vivre, ou, comme l’a dit André Malraux, ce qu’il y a de mieux dans ce qui survit de l’homme. » (1) Désillusionné, Georges-Émile Lapalme démissionne en 1964 en pleine Révolution tranquille, pour des raisons à la fois idéologiques et administratives. Il devait faire face à de nombreuses embûches et à un financement insuffisant ne lui permettant pas de mettre en œuvre ses ambitions pour le développement de la culture québécoise, dont l’adoption d’une première politique culturelle.

L‘histoire politique de la culture au Québec sera, par la suite, jalonnée d’importantes étapes qui mèneront à l’adoption, par l’Assemblée nationale en 1992, de la Politique culturelle du Québec « Notre culture, notre avenir ». Depuis, ce document sert de référence aux actions culturelles du gouvernement selon trois grands axes : l’affirmation de l’identité culturelle, le soutien aux créateurs et aux arts, et l’accès et la participation des citoyens.

Consultations publiques : nous serons présents!

La nouvelle mouture de la politique « s’appuiera sur les acquis, tout en tenant compte de nouvelles réalités, dont l’évolution des pratiques culturelles, la mondialisation, les changements démographiques, la diversité culturelle et le développement des technologies ». (2) Pour mener à bien ce renouvellement, le MCC a mis en place un calendrier de consultations publiques à travers la province, disponible sur leur site Web. En fait, toute une section de leur site est consacrée à la démarche et regroupe plusieurs renseignements pertinents (www.mcc.gouv.qc.ca)

Pour la Montérégie, la consultation aura lieu le 13 juin à Vaudreuil-Dorion. Le milieu culturel est également appelé à déposer des mémoires. Les dépôts se feront quelques semaines avant la date des consultations (dates à confirmer). Le Réseau des conseils régionaux de la culture du Québec (RCRCQ) déposera un mémoire sur des enjeux nationaux tandis que chaque conseil régional, dont le CMCC, se penchera sur les enjeux et spécificités régionaux. Il est certain que le financement, l’accessibilité et les conditions de pratiques seront au cœur de nos préoccupations. Par ailleurs, pour nourrir et mieux cibler nos interventions, nous vous solliciterons au cours des prochaines semaines.

L’objectif du MCC étant que les consultations et les mémoires viennent nourrir la révision de la politique, votre voix est primordiale. Nous vous invitons donc à participer aux consultations publiques en grand nombre et à être partie prenante d’une nouvelle page de l’histoire de la culture québécoise. Si vous souhaitez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

  1. Fernand HARVEY, Georges-Émile Lapalme et la politique culturelle du Québec : genèse, projet et désillusion, http://id.erudit.org/iderudit/045787ar.
  2. http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=5795

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.