Actualités

Régie de police : Candiac ne subventionnera pas les autres villes

Régie de police : Candiac ne subventionnera pas les autres villes
Emilie Tremblay
le 08 mai à 09:15

La Ville de Candiac a manifesté sa désapprobation lundi soir concernant la sortie médiatique faite par les autres municipalités membres de la Régie intermunicipale de police Roussillon.

Le conflit entre les villes concerne la nouvelle entente budgétaire sur laquelle Saint-Constant, Candiac, Sainte-Catherine, Saint-Mathieu, La Prairie, Saint-Philippe et Delson doivent s’accorder.

Après plusieurs mois de rencontres, le scénario 12 a été préféré par la majorité des municipalités. Les coûts de celui-ci sont calculés de façon à ce que 50 % du montant payé par chaque ville soit sur la base de la population, 30 % sur la base de la richesse foncière uniformisée, 10 % sur le nombre de crimes commis et 10 % sur le nombre d’unités commerciales.

Or, selon le maire de Candiac, Normand Dyotte, cette entente ne se base pas sur des données en lien avec les services à offrir à la population, comme le nombre de citoyens, de commerces et d’industries, le kilométrage de rues à patrouiller et le nombre de crimes commis. « Le critère de la richesse foncière n’a pas de lien direct avec les services à la population, le coût de l’intervention n’est pas plus cher parce qu’on a plus de richesse foncière. Il faut plutôt que les critères soient associés au service qui est donné » soutient M. Dyotte.

Selon le maire, il s’agit là de créer un système de péréquation par lequel des municipalités subventionnent le service de police pour les villes voisines.  Il demande plutôt la reconduction de la précédente entente, qui était plutôt calculée à 40 % sur la base de la population, à 15 % sur la base de la richesse foncière uniformisée, à 15 % sur le nombre de crimes commis, à 15 % sur le nombre d’unités commerciales et industrielles et à 15 % sur le nombre de kilomètres de rues.

« Nous avions une bonne formule, pourquoi ne pas la garder? Candiac est satisfait de la Régie de police et voulait renouveler l’entente. Nous avons d’ailleurs passé une résolution la semaine dernière mentionnant que nous sommes d’accord de continuer avec la Régie, mais pas à n’importe quel prix », explique Normand Dyotte.

Le maire a évoqué la possibilité de créer son propre service de police dans le cas où les négociations échoueraient. Il assure que Candiac a fait des évaluations des coûts et est prête à cette éventualité.  


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.