Actualités

MISE À JOUR Crise du logement social à Longueuil : Québec solidaire accuse le gouvernement Couillard

MISE À JOUR Crise du logement social à Longueuil : Québec solidaire accuse le gouvernement Couillard
Pascal Dugas Bourdon
le 03 octobre à 13:05



La députée de Québec solidaire (QS) Manon Massé était à Longueuil vendredi matin pour décrier le manque de logements sociaux disponibles dans la région.

Mme Massé avait donné rendez-vous aux journalistes devant le 153 terrasse Turgeon, à l’endroit même où, en mai dernier, un violent incendie avait jeté des dizaines de Longueuillois à la rue.

Le lieu choisi par QS n’est pas un hasard. Dans un article du Courrier du Sud publié le 14 septembre dernier, on apprenait que plusieurs anciens locataires de la terrasse Turgeon avaient été relogés par le propriétaire dans des logements insalubres, envahis par la moisissure et les rats.

«Le gouvernement libéral actuel se dérobe complètement de ses responsabilités [sur la question des logements sociaux], a expliqué d’entrée de jeu la députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques.

«Juste ici à Longueuil, c’est de 2000 logements sociaux dont on aurait besoin. Je ne sais pas où le ministre [des Affaires municipales, Martin] Coiteux dort à chaque soir, mais ce n’est sans doute pas dans un logement social, parce qu’il serait encore loin sur la liste d’attente», a ironisé Mme Massé, pour témoigner du manque d’offre.

D’ailleurs, selon la députée solidaire, le gouvernement Couillard a réduit de moitié la création de nouveaux logements sociaux lors du dernier budget, passant de 3000 à 1500 par année.

«Le salaire minimum actuel ne permet pas aux gens de se sortir de la pauvreté. Malgré le programme, il y a beaucoup de ménages qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts», a de son côté expliqué Carl Lévesque, candidat solidaire à l’élection partielle dans Marie-Victorin.

La responsabilité de Longueuil ?

Mme Massé impute d’ailleurs une partie de la responsabilité à la Ville de Longueuil qui, selon elle, n’en a pas fait assez pour s’assurer que les locataires relogés ne se retrouvent dans des appartements insalubres.

Elle précise d’ailleurs que la Ville est régie par un Code du logement, et que les appartements dans lesquels se sont retrouvés les sinistrés ne le respectent pas.

«Dans le cas des locataires qui ont été relocalisés, l’état de salubrités de leurs logements nous laisse comprendre que les inspecteurs de la Ville de Longueuil en ont trop plein [les bras] pour être capables d’inspecter l’ensemble du parc locatif longueuillois», a jugé la députée solidaire.

Une opinion contestée par la Ville de Longueuil, qui assure avoir des ressources suffisantes pour répondre aux requêtes d’insalubrité qui lui sont formulées.

Longueuil précise toutefois n’avoir reçu aucune plainte pour insalubrité de la part des sinistrés, et avoir communiqué avec eux dès que la situation a été connue.

La Ville précise également que l’agglomération a récemment entrepris des démarches afin d’obtenir 10 nouveaux logements subventionnés qui profiteront exclusivement aux familles sinistrées.

Rappelons que l’incendie de la terrasse Turgeon, survenu le 13 mai dernier, avait causé la mort de trois personnes, en plus de mettre à la rue les résidents de 24 logements.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.