Actualités

Longueuil : un accrochage anodin mène à une saisie historique d’armes

Longueuil : un accrochage anodin mène à une saisie historique d’armes
Une saisie historique d'armes à Saint-Hubert. (Pascal D.B. / TVRS)
Pascal Dugas Bourdon
le 13 décembre à 14:20

Ce qui devait être une bête collision entre deux véhicules a finalement mené la police de Longueuil à réaliser une des plus importantes saisies d’armes de son histoire.  

Au début décembre, un accrochage entre deux véhicules oblige les conducteurs à remplir un constat à l’amiable. Toutefois, la discussion prend rapidement une tournure amère, et des menaces sont lancées à l’un des automobilistes.

Ce dernier décide de porter plainte au poste de police. Rapidement, les policiers effectuent des vérifications et constatent que l’homme visé par le plaignant possède 31 armes de poing.

Par souci de précaution, et parce que la plainte concerne une menace de voie de fait, les policiers obtiennent un mandat pour fouiller la résidence privée située dans l’arrondissement de Saint-Hubert, à Longueuil.

Ils découvrent alors plusieurs armes prohibées, certaines de haut calibre, des armes blanches  interdites au Canada, des poings américains, et des centaines de munitions. Une étoile chinoise fait également partie du lot.

En tout, des dizaines d’armes ont été confisquées, dans ce qui pourrait être la plus importante saisie d’armes réalisée par la police de Longueuil dans son histoire.

Hugo Bernard, 43 ans, a récemment comparu au palais de justice de Longueuil concernant les menaces qu’il aurait proférées à l’endroit de l’autre conducteur. Il fait également face à 19 chefs d’accusation reliées à la possession d’armes interdites.

«Nous n’avons aucun indice qui nous mène à croire que cet individu avait l’intention d’utiliser ces armes-là ou qu’il [y avait] à craindre pour la sécurité des citoyens», a tenu à préciser la capitaine Annie Gougeon.

Rien ne permet non plus de croire que l’homme serait lié à quelconque organisation criminelle, mais l’enquête se poursuit pour tenter de connaître, notamment, la provenance des armes et les intentions qu’avait le suspect.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.