Actualités

Les pêcheurs de Contrecoeur inquiets de voir la pêche blanche interdite

Les pêcheurs de Contrecoeur inquiets de voir la pêche blanche interdite
La pêche blanche est une activités touristique importante à Contrecoeur (Courtoisie ACPC)
Pascal Dugas Bourdon
le 31 janvier à 14:17

L’association de chasse et pêche de Contrecoeur (ACPC) s’inquiète de voir l’utilisation de poissons appâts être interdite durant l’hiver, ce qui signifierait la mort de la pêche sur glace au Québec.

Selon David Joly, porte-parole de l’ACPC, le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) associe à tort l’utilisation de menés comme appât pour la pêche blanche à la prolifération des espèces envahissantes.

Malgré une «réglementation déjà stricte», M. Joly craint que le ministère souhaite interdire la pratique.

«Ça fait des mois qu’on demande au ministère de nous dire ce qu’ils comptent faire de la pêche blanche et on n’obtient pas de réponse. Habituellement, pas de réponse, c’est mauvais signe!», estime M. Joly.

Pétition

L’ACPC a donc mis sur pied une pétition, chapeautée par le député de Verchères Stéphane Bergeron, et disponible sur le site web de l’Assemblée nationale.

La pétition exige que la réglementation en vigueur reste inchangée, entre autres parce que «la pêche blanche est une activité économique importante» et qu’elle est «considérée comme une tradition» au Québec.

En date d’aujourd’hui, 75 personnes avaient signé la pétition, disponible en ligne jusqu’au 24 mars.

De son côté, le ministère précise sur son site web que «l'utilisation de poissons appâts augmente le risque d’introduction d’organismes pathogènes nuisibles, tels que des virus, des bactéries, des parasites et des espèces aquatiques envahissantes dans les plans d’eau».

Elle recommande ainsi «d'utiliser des leurres artificiels en tout temps et dans toutes les zones de pêche».

La dernière réglementation sur l’utilisation de poissons appâts est entrée en vigueur en avril 2013. Dès lors, il a été interdit d’utiliser des poissons appâts vivants durant l’été, mais ils sont toujours tolérés l’hiver.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.