Actualités

Hausse de dénonciations des crimes sexuels dans l’agglomération de Longueuil

Hausse de dénonciations des crimes sexuels dans l’agglomération de Longueuil
Emilie Tremblay
le 22 mai à 10:20

Le nombre de crimes sexuels rapportés au Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) a augmenté de 22,4 % de 2017 à 2018, révèle le rapport des activités du SPAL pour l’année 2018. Au total, 394 crimes sexuels ont été dénoncés aux policiers, contre 322 en 2017.

Les agressions sexuelles simples sont passées de 234 à 284 entre 2017 et 2018.

Selon le SPAL, cette augmentation s’explique non pas par une hausse du nombre d’agressions sexuelles, mais plutôt par une plus forte dénonciation de la part des victimes. Cette tendance a aussi été observée au Québec et dans l’ensemble du Canada.

Les cas de violence conjugale ont aussi connu une hausse de 10,7 % en 2018. Ceux-ci pourraient s’expliquer par une plus faible tolérance des victimes à l’égard de la violence conjugale, une plus grande sensibilité des acteurs qui ont à intervenir dans ce type de situation et une plus importante sensibilisation de la population à ce sujet.

Le rapport révèle aussi que la grande majorité des interventions policières du SPAL, soit 70 %, ne sont pas reliées à des infractions criminelles et qu'un peu plus de la moitié de celles-ci, soit 46 %, sont liées à des désordres publics. Il s’agit d’interventions auprès d’une personne malade ou intoxiquée par l’alcool ou la drogue, ayant troublé la paix, ayant entravé au règlement municipal, dans des cas de chicanes de famille, de nuisance ou de musique excessive.

Quant aux interventions pour des infractions criminelles, elles sont pour la plupart demeurées stables ou ont observé de légères diminutions.

Finalement, les infractions relatives aux drogues et autres substances ont aussi chuté de manière importante, plus précisément de 13,8 % par rapport à 2017. La principale raison de la baisse du nombre de dossiers pour possession de cannabis est sa légalisation en octobre 2018. D’octobre à décembre 2018, 91 dossiers de possession de cannabis de moins qu’en 2017 ont été dénombrés.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.