Actualités

Front commun contre le maire au conseil de ville de Mont-Saint-Hilaire

Front commun contre le maire au conseil de ville de Mont-Saint-Hilaire
Emilie Tremblay
le 06 août à 16:00

Les conseillers de Mont-Saint-Hilaire ont dénoncé, lors du conseil municipal du 5 août, et ce devant plusieurs dizaines de citoyens, les agissements du maire, Yves Corriveau, lors de son voyage au Burundi.

La conseillère du district du Déboulis, Brigitte Minier, a pris la parole au nom des six conseillers notamment pour annoncer que cinq élus du parti du maire, Avenir Hilairemontois,  avaient démissionné pour siéger comme indépendants, côte à côte avec l’indépendant Louis Toner.

Selon Mme Minier, ces démissions ont été « murement réfléchies » et sont la conséquence des actions et du comportement du maire. Le voyage de celui-ci au Burundi, en juillet dernier, est au centre du conflit alors qu’il y aurait signé un protocole de jumelage sans en avoir préalablement obtenu le mandat. Sa rencontre avec le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, a particulièrement été l’objet de critiques.

Rappelons que des membres du gouvernement du pays font l’objet d’une enquête de la Cour pénale internationale (CPI) depuis octobre 2017 pour crimes contre l’humanité incluant le meurtre, l’emprisonnement, la torture, le viol et plusieurs autres. Ces attaques auraient ciblé les opposants du parti.

La conseillère a reproché à M. Corriveau d’avoir impliqué la MRC de La Vallée-du-Richelieu sans l’avoir avisée, en plus de s’être engagé à faire des démarches économiques pour le Burundi « alors que c’est interdit ».

Les conseillers ont d’ailleurs révoqué ce projet d’entente le 23 juillet dernier, concluant que celui-ci ne respectait pas les cadres prédéterminés, n’avait pas été transmis au conseil municipal pour son approbation et n’avait pas été vérifié par l’administration municipale.

Dans une lettre ouverte publiée dans l’Oeil Régional, Yves Corriveau a expliqué qu’il s’était rendu à Bujumbura pour aider la ville sur le plan environnemental et la mettre « en relation avec des entreprises de ma région » en plus de proposer de « discuter avec la MRC pour voir comment nous pourrions aider Bujumbura sur le plan de la gestion des déchets ».

Selon le maire, le libellé de l’entente ne correspondait pas aux discussions. Finalement, il a affirmé qu’il assumera l’entière responsabilité financière de ce voyage.

M.Corriveau est en congé maladie pour une période indéterminée et s’est dit dépassé par les événements.

Il a aussi été durement critiqué dans sa réforme de la rémunération des élus. Selon Mme Minier, il y aurait inclus une prime de transition de deux ans de salaire. La conseillère a cependant assuré que celle-ci sera annulée.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.