Actualités

Évaluations foncières de l'agglomération: des citoyens de Saint-Lambert veulent contester

Évaluations foncières de l'agglomération: des citoyens de Saint-Lambert veulent contester
Aimée Lemieux
le 22 novembre à 15:00

Les nouveaux rôles d’évaluation foncière, qui entreront en vigueur le 1er janvier 2019 dans toute l’agglomération de Longueuil, font particulièrement bondir certains Lambertois, dont la valeur des maisons augmente considérablement. Le maire Pierre Brodeur, lui-même touché, invite ses concitoyens à les contester.

Une augmentation de l’évaluation foncière peut forcément entraîner une hausse du compte de taxes. C’est précisément ce que redoutent les citoyens de Saint-Lambert.

Interpellé à cet effet lors du dernier conseil municipal, Pierre Brodeur a répondu sans détour. «Je vous invite à contacter le service d’évaluation de l’agglomération de Longueuil pour faire part de votre insatisfaction sur le taux d’augmentation. C’est ce que je vais faire personnellement».

Rappelons que l’évaluation foncière relève de l’agglomération de Longueuil.

Une résidence de la rue Victoria, toujours à Saint-Lambert, doit augmenter de 42 % dès la prochaine année. Son propriétaire, Alain Simard, veut contester.

La méthode de calcul utilisée est incorrecte, selon ses observations. 

«À Saint-Lambert, vous êtes évalués à 95 % selon le marché environnant, c’est-à-dire la valeur des maisons dans votre quartier et les ventes qui sont faites, mais dans le Vieux-Longueuil, c’est à 80 % qu’on évalue ça. On finit par payer beaucoup plus par citoyen ici. Il faut que les mêmes systèmes soient appliqués partout, dans tous les quartiers d’une ville et dans tous les arrondissements», explique-t-il.

Alain Simard confirme qu’il a rencontré le directeur de l’évaluation de l’agglomération, et que les réponses reçues «ont vraiment mis la puce à l’oreille».

Au micro pendant la période de questions du public, il exige que Saint-Lambert «force le service d’évaluation à ajuster leur méthode».

Le maire Pierre Brodeur a indiqué qu’il allait «prendre la balle au bond» et effectuer des démarches en ce sens.

Il est possible de contester

Si un citoyen est en désaccord avec l’évaluation de sa résidence, il peut effectivement demander une révision administrative, mais attention, des frais non remboursables seront exigés. Cette démarche coûte minimalement 75 $.

La Ville conseille en premier lieu de consulter gratuitement un représentant de la Direction de l’évaluation de l’agglomération de Longueuil.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.