Actualités

Doreen Assaad veut faire cesser la division dans l’agglomération de Longueuil

Doreen Assaad veut faire cesser la division dans l’agglomération de Longueuil
Emilie Tremblay
le 28 novembre à 18:35

La mairesse de Brossard, Doreen Assaad, a demandé un cessez-le-feu entre les maires des cinq villes liées, jeudi, dans le cadre du dépôt du budget 2020 de l’agglomération de Longueuil.

Mme Assaad a déploré les « chicanes » et la division entre les maires de l’agglomération de Longueuil qui, selon elle, nuisent aux citoyens. Elle a notamment pointé l’augmentation des quotes-parts que devront payer les villes, qui est de 4,5 % pour Brossard et de 5% pour Longueuil. « Au cours de l’année qui s’achève, de nombreuses décisions ont eu un impact à la hausse sur le budget qui nous est proposé. […] Au service de police, les scénarios d’économies qu’on nous avait présentés ne se sont pas concrétisés. Le résultat final c’est que les citoyens vont devoir payer la note », a-t-elle déclaré.

Le vote a d’ailleurs été demandé pour le dépôt du budget, et Mme Assaad, le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, et le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, ont voté contre.

La mairesse a appelé ses homologues de Longueuil, Saint-Lambert, Saint-Bruno-de-Montarville et Boucherville à une meilleure écoute mutuelle. « Nos citoyens nous regardent. Nous leur devons de ranger nos rivalités politiques pour renforcer notre voix et prendre la place qui nous revient. C’est le temps de changer nos mauvaises habitudes et de commencer à jouer en équipe !», a affirmé Mme Assaad.

La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, a réagi à la déclaration de Doreen Assaad soulignant la contradiction dans sa demande. « Ma collègue de Brossard a choisi aujourd’hui de s’opposer au budget. Elle critique de vieilles habitudes, elle propose de travailler en équipe, mais en maintenant ses recours judiciaires. Elle parle des deux côtés de la bouche », a-t-elle critiqué.

Doreen Assaad a également répliqué à la mairesse de Longueuil, soutenant que sa réponse illustrait bien le problème. « Je trouve que c’est l’exemple parfait de l’écoute qu’on a autour de la table. Parce que ce n’est pas vrai. La volonté de Brossard est de trouver une façon que ça fonctionne au sein de l’agglomération, mais il faut quand même que les besoins de Brossard soient entendus. Il faut que tout le monde soit entendu, et ce n’est pas le cas présentement », a-t-elle conclu.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.