Actualités

Varennes se retire du service 211

Varennes se retire du service 211
Aimée Lemieux
le 31 octobre à 15:00

Après une décision du conseil municipal, Varennes décide de se retirer du service de référencement 211, un outil qui permet d’orienter les citoyens vers la bonne ressource sociocommunautaire.

Par téléphone ou en ligne, le 211 répertorie l’ensemble des organismes d’un territoire donné. Une personne qui souhaite obtenir des conseils pour trouver un logement abordable ou de l’aide alimentaire, par exemple, peut s’y adresser.

« Ce qu’on sait, c’est que très peu de personnes à Varennes l’ont utilisé » depuis que la Ville a adhéré au service, explique le directeur des Communications, Pierre-Guy Dallaire. Le conseil a par ailleurs constaté que le 211 « est surtout à l’intention des organismes de Montréal ».

Une soixante d’associations à vocation sportive, culturelle et communautaire gravite à Varennes. La Ville dispose de son propre bottin, piloté par les Services récréatifs et communautaires, qu’elle invite ses résidents à consulter. « On a déjà notre répertoire à nous, avec nos organismes, et on a une personne ici, aux Services récréatifs, qui est en lien avec toutes ces organisations, qui est spécifiquement affectée à ça », souligne M. Dallaire.

Le 211 est moins nécessaire dans ces circonstances, nous a-t-on indiqué.

Les Villes sont responsables de sa popularité

Pierrette Gagné, directrice générale du Centre de référence du Grand Montréal, l’organisme sans but lucratif qui gère le 211, estime que les municipalités ont le devoir d’en faire la promotion pour assurer sa pérennité.

« Si les citoyens ne sont pas au courant que le 211 existe, je pense qu’une part de responsabilité va à la municipalité elle-même parce qu’elle peut faire une différence à ce niveau-là, elle peut mettre en place des outils pour les informer », dit Mme Gagné.

La directrice générale rappelle qu’une trousse de communication avec toutes les informations utiles a été partagée lorsque le 211 a été lancé. Les Villes peuvent forcément l’utiliser.

Le directeur des Communications de la Ville de Varennes, Pierre-Guy Dallaire, indique de son côté que « personne du 211 n’a communiqué avec nous ». « J’ai pris connaissance de ce service au même moment où la résolution de s’en retirer est passée au conseil municipal », précise-t-il.

Les citoyens sont les perdants dans cette décision

En ayant maintenant une ressource en moins, Pierrette Gagné considère que les Varennois sont « les grands perdants ».

La directrice générale assure néanmoins qu’« aucun commentaire négatif n’a été reçu » depuis le lancement de la plateforme.

Le retrait de Varennes « n’a rien à voir avec la qualité ou la pertinence du service », dit-elle finalement.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.