Actualités

Valorisation des matières organiques : Saint-Bruno fait affaire avec l'usine de Varennes

Valorisation des matières organiques : Saint-Bruno fait affaire avec l'usine de Varennes
Aimée Lemieux
le 19 novembre à 13:00

À partir de janvier 2019, les matières organiques des Montarvillois seront acheminées à l’usine de biométhanisation de Varennes. Une entente pour le traitement de ces matières vient d’être conclue entre la Ville de Saint-Bruno et la Société d’économie mixte de l’Est de la Couronne Sud (SÉMECS), l’entité qui gère l’usine.

D’une valeur totale de 352 000 $ taxes incluses, le contrat s’échelonne jusqu’en avril 2020, donc sur une période de 16 mois. Le traitement des matières organiques pourrait toutefois se poursuivre plus longuement, puisqu’une année d’option, c’est-à-dire une année supplémentaire, est comprise dans l’entente.

La fin d’une longue histoire

L’adjudication de ce contrat tire un trait « sur une longue histoire », explique la conseillère Isabelle Bérubé.

« Vous comprendrez que nos déchets devaient initialement être envoyés à Longueuil, mais le projet de biométhanisation n’a toujours pas été construit. Ni les plans ni la technologie n’ont encore été décidés », indique-t-elle.

Comme le traitement des matières organiques est une compétence d’agglomération, les déchets de table de Saint-Bruno devaient être gérés par Longueuil, la ville centre, mais « le projet d’usine est mort au feuilleton, ça brettait incroyablement », illustre la conseillère municipale.

En voie de ne pas respecter l’échéancier provincial et de devoir payer une pénalité — Québec interdira l’enfouissement des matières organiques dès 2022 —, la Ville a plutôt décidé de se tourner vers Varennes.

« Leur projet est bien avancé, et c’est un beau projet de concertation entre plusieurs MRC et le privé également. On est vraiment content de se joindre à eux », commente Isabelle Bérubé.

Dans les circonstances, l’agglomération de Longueuil remboursera 198 000 $ sur la facture totale, le coût net pour la Ville étant donc de 201 000 $. Moins de déchets seront acheminés à l’enfouissement, alors sur le plan du transport, Saint-Bruno économisera une somme d’environ 45 000 $.

La collaboration des citoyens est demandée

La collecte des matières organiques entre en vigueur en janvier 2019. Récupérer les déchets de table est « un effort collectif, tout le monde doit mettre l’épaule à la roue », estime l’élue.

« Dès le 1er janvier, on vous demande de prendre vos déchets de table et de les mettre dans la petite poubelle brune qui a été distribuée », dit-elle.

Ce sont les immeubles résidentiels de trois logements et moins qui sont actuellement ciblés par cette collecte. À partir de 2021, les immeubles de quatre logements et plus, les commerces et les industries seront également desservis.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.