Actualités

Un premier transporteur d’envergure se manifeste pour offrir, à partir de l’aéroport de Saint-Hubert, des vols internationaux

Un premier transporteur d’envergure se manifeste pour offrir, à partir de l’aéroport de Saint-Hubert, des vols internationaux
Francois Laramée
le 12 février à 16:00

La compagnie d’aviation Jetlines a en effet annoncé le 11 février son intention d’offrir des vols directs à partir de l’aéroport Saint-Hubert vers plusieurs villes du Canada, y compris des villes du Québec, ainsi que des destinations américaines telles que la Floride et New York.

L’aéroport de Saint-Hubert devrait pouvoir soutenir les transporteurs aériens à très bas coûts tels que Jetlines dès la fin de 2019 en construisant, entre autres, un véritable terminal avec tous les services inhérents à un aéroport. La piste principale a récemment été revampée grâce à une subvention du gouvernement fédéral qui a injecté 13 millions de dollars.

« Nous appuyons entièrement la vision de construire un aéroport secondaire à faibles coûts pour la région de Montréal et nous sommes impatients de proposer des tarifs extrêmement bas à nos passagers, a déclaré le PDG de Jetlines, Javier Suarez. Nos bas tarifs devraient encourager les résidents de Montréal et des régions avoisinantes à voyager plus fréquemment. »

« Nous sommes particulièrement heureux de l’annonce faite par Jetlines, a déclaré la directrice générale de Développement Aéroport Saint-Hubert-Longueuil (DASH-L), Jane Foyle. Offrir une solution de rechange peu coûteuse pour le service aérien vers d’autres villes du Québec, du Canada et des États-Unis s’aligne directement sur notre vision de développement. Ce nouveau service nous aidera à mettre un frein à l’exode des Canadiens qui se rendent aux États-Unis pour voler à partir d’aéroports frontaliers comme ceux de Plattsburgh et de Burlington. »

Selon Mme Foyle, cette annonce justifie la demande d’assistance effectuée par DASH-L auprès du ministre des Transports, Marc Garneau, concernant les services de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) et la nécessité de réexaminer les accords gouvernementaux.

Il va sans dire que ces premiers vols commerciaux, par un transporteur d’envergure, pourraient donner le coup d’envoi, tant attendu depuis plus de 30 ans, à une véritable vocation internationale à l’aéroport de Saint-Hubert.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.