Actualités

Station Rive-Sud du REM : Le territoire agricole menacé ?

Station Rive-Sud du REM : Le territoire agricole menacé ?
Projection du REM (Courtoisie CDPQ-Infra)
le 23 janvier à 15:13

Le Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) affirme que l’implantation de la station Rive-Sud du Réseau électrique métropolitain (REM) en milieu agricole «n’est pas justifiée». Une conclusion que le promoteur CDPQ-Infra rejette de façon catégorique.  

Le BAPE affirme, dans son rapport rendu public vendredi, que l’implantation de cette station «n’est pas conforme» au schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Longueuil, pas plus, d’ailleurs, qu’aux orientations du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD).

«La conception et le choix de l’emplacement de la station Rive-Sud contreviennent aux règles d’aménagement du territoire et aux politiques de maintien des terres agricoles», résume le BAPE dans son rapport de près de 300 pages.

La station Rive-Sud, terminus de la ligne du même nom, doit être construite à l’intérieur du quadrant sud-ouest de l’intersection des autoroutes 10 et 30, à Brossard.

CDPQ-Infra réplique

Autant le rapport du BAPE a jeté une douche froide sur les intentions du promoteur CDPQ-Infra, autant la réplique de ce dernier a été virulente.

Dans un communiqué publié ce matin, CDPQ-Infra reproche notamment au BAPE d’avoir «ignoré les faits» et d'avoir «déformé la réalité».

En ce qui a trait à l’implantation de la station Rive-Sud, CDPQ-Infra affirme que le BAPE a choisi d'ignorer certains documents détaillés fournis par le promoteur. Il reproche également au BAPE de «ne suggérer aucune alternative réaliste» pour construire le terminal.

Il ajoute que l’empiétement des terres ne représente que 0,3 % de la superficie agricole de l’agglomération de Longueuil et que «le terrain visé n’est pas cultivé depuis plus de 10 ans».

Malgré cette cinglante réplique, CDPQ-Infra assure qu’il maintiendra une approche «ouverte, transparente et consulatitive» pour la suite du projet.

Le REM, un projet de 5,9 milliards $, doit être mis en service à la fin de 2020.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.