Actualités

Soirée d'information sur la maladie de Lyme

Soirée d'information sur la maladie de Lyme
Aimée Lemieux
le 08 mai à 14:04

Les citoyens étaient conviés, vendredi soir dernier, à une session d’information sur la maladie de Lyme au centre communautaire de Saint-Bruno. Sur place, un panel d’experts s’est chargé de répondre aux questions des résidents.

«C’est une maladie nouvelle avec un très petit nombre de cas recensés au Québec jusqu’à maintenant», a indiqué, d’entrée de jeu, le docteur François Milord.

 

En 2015, 160 cas de maladie de Lyme ont été rapportés au Québec, un nombre de personnes atteintes qui est en augmentation depuis 2011, précise toutefois le site internet du gouvernement du Québec.

 

Parc national du Mont-Saint-Bruno

 

Ce n’est pas sans hasard que la soirée d’information s’est tenue à Saint-Bruno. Les zones forestières, comme celles du Parc national, sont l’habitat de prédilection des tiques, a souligné Ariane Dumas, étudiante à la maitrise à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, qui a mené un projet de recherche sur les tiques au Mont Saint-Bruno.

 

Principalement retrouvées sur les petits animaux sauvages comme les rongeurs et les oiseaux, les populations de tiques sont en nette progression au printemps, alors que la chaleur et l’humidité s’installent. En somme, les tiques se développent et survivent plus facilement lorsque la température s’adoucit, a expliqué Ariane Dumas.

 

Des symptômes qui s’apparentent à un rhume

 

Le docteur François Milord a précisé que ce ne sont pas toutes les tiques qui sont porteuses de la bactérie.

 

En cas d’infection, par contre, le symptôme le plus courant est une rougeur sur la peau à l’endroit de la piqûre. Des douleurs musculaires, de la fatigue et de la fièvre accompagnent la rougeur, a-t-il également ajouté.

 

L’important est de porter une attention particulière au site de la piqûre, a indiqué le docteur Milord. Si la couleur et la grosseur varient, consulter un professionnel de la santé est alors essentiel.

 

Miser sur la prévention

 

Quelques mesures de prévention peuvent être appliquées pour éviter les piqûres de tiques. Au Parc national du Mont-Saint-Bruno, par exemple, marcher dans les sentiers tel qu’indiqué demeure la meilleure façon de se prémunir.

 

Au retour d’une activité extérieure passée dans un endroit boisé, examiner la peau, les vêtements et les animaux de compagnie est nécessaire.

 

Les vêtements longs et fermés ainsi que le chasse-moustique permettent également d’éviter les piqûres.

 

Pour toutes questions, les experts recommandent de consulter le site internet de Santé Montérégie.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.