Actualités

Plus de 800 000 $ de financement pour décontaminer un terrain de Longueuil

Plus de 800 000 $ de financement pour décontaminer un terrain de Longueuil
Emilie Tremblay
le 23 août à 15:00

Le gouvernement du Québec a accordé une aide financière de 807 550 $ à la Ville de Longueuil afin de décontaminer les sols sous la station de pompage de la rue Saint-Charles.

Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, en a fait l’annonce accompagné de la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent. Ce montant s’inscrit dans le cadre du programme ClimatSol-Plus-volet 2.

Cette somme représente près de 64 % des coûts totaux, qui s’élèvent à 1 266 698 $.

La station de pompage d’eau brute avait été contaminée lors d’un déversement de mazout en janvier 2015. L’usine, qui demeure en fonction, dessert près de 300 000 personnes des villes de Saint-Bruno-de-Montarville, de Boucherville et de Longueuil.

La décontamination se fera sur une période maximale de 5 ans à l’aide d’un procédé de bioremédiation. Celui-ci permet d’optimiser la croissance des bactéries se trouvant dans le sol. Elles s’occupent ensuite de la décomposition chimique.

Il y a d’autres terrains à Longueuil qui sont également contaminés, mais Sylvie Parent n’avait pas les détails sur leur nombre. Elle a cependant affirmé que ceux-ci étaient moins problématiques que celui de la station de pompage. « […] Les terrains contaminés, il y en a partout au Québec. Ce qu’il faut faire c’est de trouver des façons de les réhabiliter pour qu’ils soient libres de contraintes lorsqu’un promoteur veut s’en porter acquéreur et faire du développement économique », a-t-elle expliqué.

Quant au ministre Benoit Charette, il a affirmé que des sommes importantes avaient été allouées à cet enjeu et que d’autres terrains à travers la province auraient droit au même traitement. Ils sont notamment sélectionnés en fonctions de certaines ententes convenues avec différentes municipalités. « Les régions déjà identifiées en fonction de la valeur de développement des terrains », a expliqué M. Charette.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.