Actualités

Passerelle de Normandie : le contrat finalement octroyé pour 12,8 millions $

Passerelle de Normandie : le contrat finalement octroyé pour 12,8 millions $
La passerelle a été détruite à l'hiver 2015 (Archives TVRS)
Pascal Dugas Bourdon
le 18 janvier à 12:00

La reconstruction de la passerelle de Normandie coûtera finalement 12,8 millions $, soit seulement 800 000 $ de moins que ce qui avait été proposé par le plus bas soumissionnaire lors du dernier appel d’offres.

Longueuil avait pourtant annulé le dernier appel d’offres parce qu’on jugeait qu’il y avait des «écarts inhabituels» de prix dans les soumissions. Or, il semble que cette réduction du coût de 800 000 $ –  ou 6 % du prix total – ait été suffisante pour convaincre l’administration St-Hilaire d’aller de l’avant.

«Nous avons la conviction que le prix qu’on a obtenu en soumission est le juste prix», a expliqué à TVRS Louis-Pascal Cyr, porte-parole pour la Ville de Longueuil.

Ce coût projeté est toutefois bien au-delà du 8,8 millions $ qu’avait prévus Longueuil pour reconstruire cette passerelle partiellement détruite par la benne d’un camion à l’hiver 2015.

À cet égard, M. Cyr reconnaît que des erreurs se sont glissées et que «les gens au dossier ont sous-évalué les coûts de construction».

Ironiquement, c’est Groupe TNT inc. qui a décroché le contrat, alors que c’est cette même firme qui avait fait la meilleure proposition lors de l’appel d’offres annulé par la Ville.

La Ville n’a toutefois pas l’intention de procéder à un nouvel emprunt pour payer la différence. Elle compte demander l’implication des gouvernements et payer une partie de la facture comptant.

Longueuil est d’ailleurs toujours en entente du règlement de deux poursuites concernant cet accident. Elle réclame 2,5 millions $ aux entreprises qu’elle juge responsables de l’effondrement de la passerelle.

La mairesse ne déchante pas

Les imprévus autour de la construction n’ont pas semblé décourager la mairesse Caroline St-Hilaire, qui par communiqué a multiplié les éloges envers la future structure.

«La reconstruction de cette passerelle […] est l’occasion de créer un emblème architectural fort qui reflétera le dynamisme et la modernité de la Ville», a notamment indiqué la mairesse, qui croit que la structure deviendra rapidement «un élément phare de la Ville».

Longueuil en profitera d’ailleurs pour aménager au pied de la structure une halte pique-nique et une promenade en bois évoquant les premiers trottoirs de Longueuil. Un projet d’interprétation interactif et virtuel y est également prévu «afin de mettre en valeur le caractère historique des lieux».

La mise en chantier de la nouvelle passerelle aura lieu en février alors que les premiers passants devraient pouvoir l’utiliser dès octobre.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.