Actualités

Parti québécois : Catherine Fournier compte briguer l’investiture dans Marie-Victorin

Parti québécois : Catherine Fournier compte briguer l’investiture dans Marie-Victorin
Pascal
le 20 juin à 15:05

L’ex-candidate bloquiste Catherine Fournier tentera de briguer l’investiture péquiste dans la circonscription de Marie-Victorin, à Longueuil, laissée vacante il y a moins d’une semaine par Bernard Drainville.

La femme politique de 24 ans en a fait l’annonce sur sa page Facebook, ce matin, dans une longue note qui expliquait sa décision.

«Au final, après des hésitations, certes, mais qui me convainquent encore plus de ma position d’aujourd’hui : je servirai à Québec. Ma décision est prise, pour de bon», a-t-elle expliqué, précisant que, «l’important, en politique, c’est de servir au bon endroit, au bon moment».

La jeune souverainiste en a profité pour vanter les mérites du démissionnaire de la circonscription, Bernard Drainville, des «souliers vraiment grands» à chausser.

«[Bernard Drainville est] un homme qui aura marqué à jamais à la fois la circonscription et le Québec tout entier», a-t-elle avoué.

Mme Fournier a toutefois promis de demeurer «solidement branchée sur la réalité [des citoyens de Marie-Victorin]», tout comme son prédécesseur l’avait fait, même si sa personnalité allait naturellement lui imposer un style différent.

Marie-Victorin

Quant au choix de la circonscription, la native de Sainte-Julie voit en Marie-Victorin «un choix logique».

«Je connais et comprends l'importance des enjeux auxquels font face les citoyens de Marie-Victorin», a-t-elle expliqué.

«Les problèmes d'accès au système de santé pour nos familles et nos aînés, le manque de ressources dans nos écoles et le taux de décrochage trop élevé, les problèmes de congestion routière qui nous affectent tous, le coût du transport en commun pour les étudiants, le marché de l'emploi anémique qui freine l'accès à la sécurité économique, le manque de logement abordable, et la pauvreté et les inégalités qui perdurent dans certains quartiers… Tous ces problèmes, je veux contribuer à les régler avec vous.»

La future candidate a également expliqué que le principe de l’égalité homme femme avait guidé sa décision de briguer l’investiture dans la circonscription, principalement parce que «[les femmes] forment 51% de la population, mais seulement 28% de la députation».

«Quant aux femmes entre 18 et 35 ans, elles sont tout simplement inexistantes au sein de notre Parlement. Ce n’est pas normal. Notre démocratie doit être plus représentative», a-t-elle conclu.

Rappelons que Catherine Fournier avait tenté de se faire élire comme députée fédérale dans la circonscription de Montarville aux élections d’octobre dernier, mais avait terminé deuxième derrière le libéral Michel Picard.

Quant aux autres possibles candidats péquistes dans Marie-Victorin, l’ex-ministre sous le gouvernement Pauline Marois, Pierre Duchesne, a avoué au Journal de Québec, samedi, être en réflexion pour briguer l’investiture.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.