Actualités

Le maire de Saint-Lambert est nommé président du RTL

Le maire de Saint-Lambert est nommé président du RTL
Aimée Lemieux
le 26 janvier à 14:00

Le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, assurera la présidence du Réseau de transport de Longueuil (RTL).

Au conseil d'agglomération, jeudi soir, la nomination de M. Brodeur a été entérinée par ses homologues.

 

Jonathan Tabarah, conseiller du district du Parc-Michel-Chartrand, a été désigné à la vice-présidence du RTL, une fonction qu'assumait jusqu'à maintenant Pierre Brodeur.

 

Les membres de la Commission de l'environnement et de l'aménagement, de l'habitation et du logement social et de la sécurité publique ont également été nommés jeudi soir.

 

Des ajouts «surprises»

 

Au début de l'assemblée, le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, a critiqué «l'ajout in extremis» des élus qui siégeront aux différentes commissions de l'agglomération de Longueuil.

 

«On a reçu l'ordre du jour cet après-midi et le nom des membres n'y figurait pas. Là, on voit le nom des élus. Je ne sais pas pourquoi on les ajouterait à la dernière minute», a-t-il soulevé.

 

«On était en attente des orientations de certaines villes pour procéder aux nominations officielles. Là, on est prêt à ce qu'ils puissent commencer leur travail», lui a répondu la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent.

 

Rendre publique l'entente avec Molson

 

Le maire de Saint-Bruno a profité de son droit de parole, dans les dernières minutes du conseil d'agglomération, pour décocher une flèche à la mairesse de Longueuil.

 

Celui-ci estime que l'entente entre Longueuil et Molson Coors est du «dumping fiscal»: la Ville a porté atteinte à la libre concurrence en offrant un crédit de taxes à l'entreprise brassicole.

 

«On est dans une situation paradoxale. Il y a des entreprises qui voudraient s'installer à Saint-Bruno sans cet avantage fiscal, mais qui décident finalement d'aller s'installer ailleurs parce qu'on leur offre un incitatif qui, à mon sens, m'apparaît indu», a-t-il expliqué.

 

La mairesse de Longueuil s'est montrée ferme: «s'il y a des avantages qui sont permis dans notre charte, je ne vois pas pourquoi je n'en profiterais pas».

 

Par ailleurs, «chacun des grands projets a un rayonnement sur les autres villes et c'est comme cela qu'il faut le voir», a rappelé la mairesse.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.