Actualités

Diane Lamarre propose une rue au nom de Marcelle Robidoux

Diane Lamarre propose une rue au nom de Marcelle Robidoux
Courtoisie: Le Nécrologue
Aimée Lemieux
le 27 novembre à 17:00

La députée de Taillon Diane Lamarre propose que le nom de la rue King-George soit remplacé par la rue Marcelle-Robidoux en hommage à celle qui a dirigé la Maison des Jeunes de Longueuil «avec une immense générosité» pendant 30 ans.

La Maison des Jeunes de Longueuil a été fondée par Antoinette Robidoux avec le soutien de René Lévesque, mais la relève a été assurée par Marcelle Robidoux.

 

«Marcelle avait une passion pour les jeunes de Longueuil. Elle avait une capacité de transmettre de l'amour. Les jeunes se sentaient aimés à son contact. En même temps, l'immense amour qu'elle leur donnait lui permettait aussi de les guider, de les conseiller et ils acceptaient de se laisser guider par elle», explique Diane Lamarre.

 

À son décès, une vigile a été organisée et plus de 150 personnes se sont déplacées pour l'occasion, incluant la députée de Taillon.

 

«Les gens me disaient: elle m'a donné confiance en moi, elle m'a regardé sans me juger, elle a fait valoir ce qu'il y avait de plus beau en moi et j'ai une reconnaissance énorme envers elle».

 

Elle a changé des centaines de vies, assure Diane Lamarre.

 

Marcelle Robidoux, très investie pour les jeunes de Longueuil, «laissait souvent de côté le souper de famille du dimanche soir pour répondre à des jeunes qui l'appelaient et qui voulaient ses conseils», dit-elle également.

 

«Elle a aidé un nombre important de jeunes à devenir de grands adultes, de bons citoyens», relate la députée.

 

Dès aujourd'hui, les citoyennes et les citoyens du secteur peuvent manifester leur appui par courriel à diane.lamarre.tail@assnat.qc.ca ou en signant la pétition à la Maison des Jeunes de Longueuil ainsi qu'au bureau de circonscription de la députée Diane Lamarre.

 

La pétition sera remise à la Commission de toponymie du Québec.

 

Par ailleurs, Diane Lamarre estime que de renommer des rues en l'honneur de certaines femmes, «c'est une dimension à travailler».


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.