Actualités

Des revendications féministes pour le futur gouvernement fédéral

Des revendications féministes pour le futur gouvernement fédéral
Emilie Tremblay
le 10 octobre à 13:35

Droit à l’avortement, mesures pour contrer la pauvreté chez les femmes, à l’occasion de la campagne électorale, la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM) a lancé une plateforme comportant plusieurs revendications pour les futurs élus fédéraux de la région.

Selon la TCGFM, l’égalité homme-femme n’est pas atteinte, d’où la pertinence de cette plateforme intitulée « Les femmes sont POLITIQUE pas pour rien ». Celle-ci regroupe cinq principales revendications, comme la protection du droit des femmes sur leur corps, par le biais du maintien des services d’avortement et la protection des cliniques d’avortement contre les attaques et l’intimidation.

Selon le regroupement, l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) devrait devenir fondamental dans l’implantation de programmes et de politiques fédérales. L’ACS+ est un outil servant à évaluer les répercussions potentielles des politiques sur divers ensembles de personnes, comme les femmes, les hommes ou les personnes issues de minorités.

La TCGFM exige également une redistribution équitable des richesses, soulignant que les femmes représentent encore la majorité des personnes vivant sous le seuil de la pauvreté. Les actions à privilégier seraient l’investissement dans les logements sociaux, un meilleur régime de retraite et l’augmentation des montants octroyés au programme de Supplément de revenu garanti.

L’enjeu des violences faites aux femmes est aussi abordé, l’organisation propose la criminalisation des cas de violence psychologique dans le cadre conjugal ainsi que des actions rapides pour prévenir la disparition et les homicides des filles et des femmes autochtones.

Des revendications sont aussi faites en environnement, comme la protection des cours d’eau, l’atteinte des cibles de réduction de gaz à effet de serre et le financement du transport en commun, dont les femmes sont les principales utilisatrices selon la TCGFM.  

Linda Crevier, directrice générale de la TCGFM, souhaite que les candidats du territoire montérégien se prononcent sur les enjeux mentionnés. « Les divers partis politiques doivent s’assurer que leurs propositions à la population intègrent des actions concrètes pour les femmes. »


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.