Actualités

COVID-19 RIVE-SUD : Réouverture des salons d’esthétique

COVID-19 RIVE-SUD : Réouverture des salons d’esthétique
Salon La Perle beauté de La Prairie
Juliette Poireau
le 16 juin à 13:00

Lundi 15 juin marquait la première journée de réouverture des salons d’esthétique du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Bien entendu, considérant la proximité avec la clientèle pour donner des soins personnels, de nombreuses mesures d’hygiène sont à respecter.

Amélie Fournier, esthéticienne et propriétaire du salon La Perle beauté à La Prairie, a raconté à TVRS sa première journée d’ouverture : « Les clientes sont très heureuses de revenir au salon, tout comme les employées. On est complet toute la semaine, se réjouit-elle. » Pourtant, le nombre de clients quotidien a diminué de moitié, soit d’une dizaine à cinq maximum, car il faut prévoir désormais 30 minutes entre chaque cliente pour tout désinfecter.

Outre le lavage des équipements après chaque utilisation, de nombreuses mesures supplémentaires s’ajoutent à la façon de travailler afin de respecter les recommandations de la Santé publique. « On suit à la lettre les directives de la CNESST », explique Amélie Fournier.

Plus en détail, la salle d’attente n’est plus accessible aux clientes, et celles-ci sont invitées à patienter dans leur véhicule en attendant que l’employée qui la reçoit lui mentionne de venir. De plus, chaque visiteur doit porter un masque en arrivant au salon en plus de se désinfecter les mains, et les effets personnels doivent être déposés dans une boîte à l’entrée afin de n’en apporter aucun dans les différentes salles de l’institut.

103492547_327457344917722_7657710989412532811_n.jpg 104287914_574350070171697_4468041798693523073_n.jpg

Pour les soins de poses de cils ou de massages, les tables de travail doivent être recouvertes d’un papier, comme les coussins, et les couvertures ne sont plus proposées.

« Le port du masque est obligatoire pour nous toutes, en plus de lunettes de protection ou de visières », affirme Mlle Fournier. Considérant leurs professions, les employées préfèrent porter des lunettes qu’une visière pour une meilleure visibilité pendant les soins.

104287722_289007918892323_2704074639879359202_n.jpg 104351409_258915888693953_4596570073207999192_n.jpg

Toutes les employées de La Perle beauté ont pu revenir au travail étant donné qu’elles ont chacune leur salle privée. « Pour les dîners, on a déplacé la petite cuisine à l’arrière du salon, et chacune mange dans sa salle », détaille la propriétaire.

Trois mois de fermeture

Rappelons que les salons d’esthétique, comme bien d’autres domaines, ont dû rester fermer pendant plusieurs mois en raison des mesures de confinement entreprises par le gouvernement du Québec.

« Nous n’avons reçu aucune aide pour le loyer qui lui continuait de devoir être payé », se désole Mlle Fournier. Néanmoins, elle se réjouit d'avoir pu bénéficier de la Prestation canadienne d’urgence (PCU), ainsi que l’ensemble de ses employées, bien que la somme reçue ait été moindre que leur salaire habituel.

Afin de remonter la pente, certains prix ont augmenté, comme le remplissage des faux cils qui est 5 $ plus cher qu’avant la pandémie.

Amélie Fournier voit quand même quelques points positifs avec cette nouvelle façon de travailler, notamment la réduction du stress quant au fait que la salle d’attente demeure vide : « On prend plus notre temps avec nos clientes, qui elles sont compréhensives et reconnaissantes de pouvoir revenir », conclut-elle.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.