Actualités

Boucherville : 2 millions $ pour sauver un boisé?

Boucherville : 2 millions $ pour sauver un boisé?
Le terrain de 320 000 pieds carrés a récemment été dépouillé de tous ses arbres. (Stephen Marchand / TVRS)
Pascal Dugas Bourdon
le 15 décembre à 13:00

Des dizaines voire des centaines d’arbres ont été rasés d’un terrain à Boucherville pour en construire des logements, ce qui ne fait pas l’affaire du maire, Jean Martel.

La Ville a désormais l’intention d’acheter le terrain voisin pour conserver ce qu’il reste de boisé, mais la facture pourrait être salée.

En effet, en se fiant à la valeur marchande (17 $ par pied carré), le prix à payer pour sauver ces quelque 140 000 pieds carrés de boisé dépasserait les 2 millions $.

Ce montant ne semble pas arrêter la Ville, qui a déjà entrepris des démarches pour sauver ces arbres et transformer ce terrain en parc.

En effet, une résolution a été adoptée en ce sens lors de la dernière séance ordinaire du conseil de Ville. Le cabinet d’avocat Bélanger Sauvé est maintenant responsable d’entamer des pourparlers avec Provigo.

Heberger image

[En rouge, le terrain qu'aimerait acquérir Boucherville. Selon la Ville, le terrain voisin s'est vendu pour 17 $ par pied carré.]

Coupe d’arbres et projet résidentiel

Boucherville avait l’intention depuis longtemps d’acquérir une portion du boisé pour le protéger, mais la coupe des arbres, réalisée dans les dernières semaines, semble avoir accéléré le processus.

«Ils ont décidé de raser les arbres en totalité. Je ne peux pas dire que je suis heureux de ça», a-t-il confié à TVRS, pour expliquer son intention d’acquérir ce qu’il reste de boisé.

Le terrain maintenant dépourvu de végétation, d’une superficie de quelque 320 000 pieds carrés, est situé sur la rue Lionel-Daunais, un secteur prisé à Boucherville pour sa proximité avec les commerces.

Le groupe Maurice a l’intention d’y construire un important projet de logements pour personnes âgées, qu’on surnommera «Caléo». En tout, 350 unités d’habitation seraient offertes, dont la vaste majorité en location. Le projet est évalué à 60 millions $, incluant l’achat du terrain pour environ 5,5 millions $.

Le bâtiment en tant que tel se déclinerait sur quatre étages et pourrait être accessible aux premiers locataires en septembre 2018.

Une entente préférentielle ?

Le terrain lorgné par Boucherville et celui acquis par le groupe Maurice formaient, il n’y a pas si longtemps, un seul et unique lot, détenu par Provigo.

Selon le maire Martel, Boucherville a déjà tenté par le passé d’obtenir une portion du lot pour le protéger de la coupe d’arbres, mais Provigo refusait à l’époque de scinder le terrain pour la vente.

C’est pourtant ce qu’a récemment offert Provigo au groupe Maurice, à la surprise de Boucherville. À savoir pourquoi Provigo a offert ce privilège au groupe Maurice sans l’accorder à Boucherville, le maire a son idée sur le sujet, mais refuse de trop s’avancer.

«Je l’ai la réponse, mais ce sont des affaires commerciales que je ne peux révéler. […] Ce sont deux partis privés qui peuvent bien faire ce qu’ils veulent dans la vie, et entre eux autres, ils se sont parlé», a-t-il offert comme explication.

Provigo a préféré de pas répondre à la question de TVRS à ce propos.

Le groupe Maurice a quant à lui fourni sans réserve les informations de base sur le projet. Quant à la coupe d’arbres, on a simplement indiqué qu’elle était essentielle pour la construction de l'immeuble, mais qu’une place privilégiée serait réservée à la végétation.


Commentaires

Effectivement plus long qu’un spot de pub mais d’une sombre et limpide lucr¨ité.J’espÃdie, Votre Honneur, ne pas vous offusquer en publiant de larges extraits de ce post sur ma page facebook (avec bien sur le lien vers le texte original).Si tel était le cas n’hésitez pas à me le faire savoir je tiendrais compte de votre volonté sans délai.

le 09 janvier à 17:12, par Kassie, SYBJg04O

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.