Actualités

Bilan du PQ sur la Rive-Sud : le Parti libéral attaqué de toutes parts

Bilan du PQ sur la Rive-Sud : le Parti libéral attaqué de toutes parts
De gauche à droite: Diane Lamarre, Martine Ouellet et Catherine Fournier. (Pascal D.B. / TVRS)
Pascal Dugas Bourdon
le 14 décembre à 15:25

Les trois députées péquistes de Longueuil ont dressé une fois de plus un bilan assez noir de la dernière session parlementaire, qu’elles attribuent à un gouvernement libéral déconnecté des Québécois.

Les trois péquistes en ont profité pour dénigrer le travail du gouvernement sur presque tous les plans, que ce soit dans le domaine de la santé, du transport, ou de l’environnement.

Sur ce dernier point, la fin de session parlementaire, marquée par l’imposition d’un bâillon pour faire adopter la Loi sur les hydrocarbures, semble avoir laissé un goût amer.

«Expropriation, fracturation hydraulique, forage sont permis dans les basses terres du Saint-Laurent. Tout un cadeau de Noël de Philippe Couillard aux pétrolières et gazières. Avec les libéraux, le Québec et l’environnement reculent», a-t-elle décrié.

Mme Ouellet a également critiqué la vision libérale dans le dossier d’Uber. Elle accuse le gouvernement d’encourager l’iniquité fiscale et les paradis fiscaux, ce qui a un impact jusqu’ici, à Longueuil.

«Je peux vous dire que les chauffeurs de Taxi Union ici à Longueuil et de Allo Taxi se sentent vraiment trahis par le gouvernement libéral», a-t-elle témoigné.

Pas mieux en santé

La critique en matière de santé à l’Assemblée nationale et députée de Taillon, Diane Lamarre, a comme toujours été très sévère à l’endroit du ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Trois ans après l’élection du gouvernement Couillard, elle croit que trois constats principaux s’imposent : «nous sommes devant un système de santé complètement désorganisé, du personnel épuisé et des patients abandonnés», a-t-elle constaté.

«Malheureusement, on a eu un ministre assez actif. Depuis trois ans, il fait une annonce tous les jours. Avec autant d’annonces, on devrait s’attendre à ce que les choses s’améliorent. Or, le bilan qu’on doit faire à ce moment-ci, c’est qu’on a un système de santé complètement désorganisé.»

Elle ne croit pas que les quelque «100 millions $ qu’on saupoudre» viendront compenser «les coupes de 900 millions en santé».

Elle a une fois de plus martelé que plus de pouvoir doit être donné aux «superinfirmières» et qu’il faut encourager les soins de proximité pour désengorger les urgences.

Nouvelle venue

La nouvelle venue dans ce trio longueuillois, Catherine Fournier, a quant à elle rappelé l’importance de la victoire du Parti québécois dans Marie-Victorin et Saint-Jérôme.

Elle croit qu’en élisant la plus jeune femme de l’Assemblée nationale, les Longueuillos ont voté pour le changement et le renouveau, tout en envoyant un message clair au parti libéral.

«[J’ai] réellement constaté la grogne des Québécois [envers le gouvernement actuel] lors de l’élection partielle», a indiqué celle qui sera assermentée en janvier.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.