Actualités

Aucune mesure pour désengorger l'autoroute 30, déplore la CCIRS

Aucune mesure pour désengorger l'autoroute 30, déplore la CCIRS
Aimée Lemieux
le 12 mars à 15:00

Même si elle salue les sommes injectées sur le réseau routier de la Montérégie annoncés par le ministre des Transports, la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud (CCIRS) constate avec regret le manque de mesures pour désengorger l'autoroute 30.

La CCIRS sonne l'alarme depuis longtemps: circuler sur l'autoroute 30 est extrêmement difficile pour les automobilistes et les camionneurs.

 

L'arrivée éventuelle du Réseau express métropolitain (REM) et du Port de Montréal à Contrecœur, deux projets «porteurs», exigent que l'on assure une fluidité sur ce segment routier, martèle la présidente, Catherine Brault.

 

«C'est à l'avantage de tout le monde de garantir la fluidité du transport des personnes et des marchandises. On doit mettre l'emphase sur l'autoroute 30 pour que ces projets soient créateurs de richesse pour l'économie de la Rive-Sud», estime Mme Brault.

 

Un mémoire portant sur la fluidité de l'autoroute 30 a même été déposé en mai 2017 par la CCIRS, qui en fait un véritable cheval de bataille.

 

Somme toute, la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud accueille favorablement l'asphaltage de la route 134, de la route 112 jusqu'aux bretelles du pont Jacques-Cartier, l'une des mesures annoncées par le ministre des Transports, André Fortin.

 

Rappelons que vendredi dernier, le gouvernement du Québec a annoncé des investissements de 625 M$ sur les routes de la Montérégie au cours des deux prochaines années. Ce carnet d'investissements permettra d'établir 328 chantiers dans la région, en plus de créer ou de maintenir 4 097 emplois.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.