Actualités

703 000 $ pour régler des griefs à Longueuil

703 000 $ pour régler des griefs à Longueuil
Emilie Tremblay
le 15 mai à 17:45

La Ville de Longueuil a accepté de verser un montant de 703 000 $ au Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 307, pour le règlement de près de 2 000 griefs, accumulés à Longueuil entre 2004 et 2019.

Selon Longueuil, ce sont essentiellement de petits montants qui ont été réclamés pour une variété de sujets, dont des heures supplémentaires, des congés maladie, des tâches qui auraient dû être effectuées par les cols bleus, etc.

Ces griefs ont été déposés par environ 700 employés cols bleus encore en place ou à la retraite. Selon le porte-parole de la Ville de Longueuil, Louis-Pascal Cyr, le nombre de griefs et leur durée peuvent être expliqués par plusieurs facteurs : certains proviennent de la période avant la défusion des villes avec Longueuil, d’autres s’expliquent par les relations « corsées » entre la Ville et les syndiqués lors de l’adoption de la loi 15.

La loi 15, aussi connue sous Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal, avait notamment imposé le partage moitié-moitié des coûts des régimes de retraite dans le monde municipal. Dans ce contexte, affirme M. Cyr, les griefs accumulés ne se sont pas réglés aussi rapidement puisque de plus gros enjeux ont été priorisés.

Deux ententes sont d’ailleurs survenues récemment : l’harmonisation de l’ensemble des régimes de retraite des cols bleus, et l’accord sur l’application de la loi 15. Selon Louis-Pascal Cyr, le règlement des griefs et ces ententes pourraient laisser présager une période plus harmonieuse entre la Ville et le syndicat.

De son côté, le Syndicat a accepté de verser une somme de 438 000 $ pour le dépassement des congés accordés aux salariés pour l'exercice de leurs fonctions syndicales de 2015 à 2019.

Rappelons qu’un grief est un différend entre un syndicat et un employeur qui ne peut être réglé à l’amiable. Ceux-ci peuvent découler de l’interprétation, l’application, l’administration ou une prétendue violation d’une convention collective ou d’une loi.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.