Actualités

2016 : les dossiers qui ont marqué la Rive-Sud

2016 : les dossiers qui ont marqué la Rive-Sud
Pascal Dugas Bourdon
le 09 janvier à 10:25

Peut-être avez-vous suivi l’actualité locale avec grand intérêt l’an dernier? Ou peut-être au contraire désirez-vous en apprendre davantage sur ce qui a marqué les gens ici, près de vous, en 2016?

TVRS a donc préparé pour vous une revue de l’actualité rive-sudoise pour cette année qui vient à peine de se terminer.

Le même palmarès sera présenté en images ce soir à Studio Direct dès 17 h. Soyez à l’écoute!

5- Réseau électrique métropolitain : au moins trois stations sur la Rive-Sud

Le train léger sur rail était attendu depuis des années, mais peu s’imaginaient que le projet allait être d’une telle envergure.

Le 22 avril, CDPQ-Infra, une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec, annonçait en grande trombe l’arrivée prochaine d’un vaste réseau de train léger sur rail, dont au moins trois stations seraient situées sur la Rive-Sud.

Ce train permettrait de rejoindre la Gare Centrale à partir du Quartier Dix-30 en moins de 20  minutes, en passant sur le nouveau pont Champlain.

Les exigences et critiques des municipalités sur la Rive-Sud n’ont toutefois pas tardé à pleuvoir. Longueuil a remis en question la captation foncière comme méthode de financement; Sainte-Julie a exigé l’ajout de voies réservées sur les autoroutes 20 et 30; pendant que Chambly espérait voir la ligne Rive-Sud être prolongée jusque dans sa cour.

Si plusieurs points restent à clarifier, CDPQ-Infra est catégorique : le projet de 5,9 milliards $ sera livré pour 2020.

Quant à une potentielle quatrième station à Brossard, la question n’est toujours pas réglée.

4- Boisé des Hirondelles : entre protection environnementale et menace de poursuite

Le boisé des Hirondelles a donné lieu, une fois de plus cette année, à un solide bras de fer entre la Ville de Saint-Bruno et l’agglomération de Longueuil.

Tout a commencé lorsque l’agglomération a convenu de faire passer le statut du fameux boisé de «confirmé» à «à documenter» dans son schéma d’aménagement et de développement.

Il n’en a pas fallu davantage pour que l’administration du maire de Saint-Bruno, Martin Murray, accuse l’agglomération de plier sous la pression du promoteur immobilier et propriétaire du terrain, Sommet Prestige.

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, a quant à elle invité Saint-Bruno à faire ses devoirs et à protéger lui-même le boisé.

Selon Longueuil, le boisé est toujours protégé par un règlement de contrôle intérimaire. En date d’aujourd’hui, aucun développement n’a eu à cet endroit.

3- Incendie de la terrasse Turgeon : tristesse, solidarité et précarité  

Difficile d’imaginer une tragédie plus marquante en 2016 que cet incendie qui a complètement ravagé un immeuble à logements de la terasse Turgeon, à Longueuil.

Le vendredi 13 mai au matin, les résidents des 24 logements ne pouvaient que constater l’ampleur de la dévastation, alors que plusieurs d’entre eux ont dû tout laisser derrière.

L’événement est d’autant plus dramatique que trois personnes y ont laissé leur vie. Les victimes ont été incapables d’évacuer leur logement qui était la proie des flammes.

Mais le bilan aurait pu être encore plus lourd. Des dizaines de locataires ont été sauvés in extremis par les pompiers. Les résidents se trouvaient alors juchés sur leurs balcons, prisonniers du brasier.

Rapidement, les citoyens de Longueuil se sont serré les coudes pour venir en aide aux résidents de l’immeuble. Vêtements, denrées et peluches n’ont pas tardé à pleuvoir.

Mais l’heure de la solidarité a été de trop courte durée, selon Québec Solidaire, qui n’a pas hésité à critiquer le gouvernement Couillard pour son inaction dans le dossier du logement social.

2- Bernard Drainville annonce son départ : la jeunesse reprend le flambeau

Le 13 juin, le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, annonçait sur le bord des larmes qu’il quittait la vie politique, et, par le fait même, son poste de député à Longueuil.

Il a fallu peu de temps pour que les candidats à l’investiture péquiste dans Marie-Victorin se bousculent au portillon.

Après deux courses qui ont laissé peu de place au suspense, la jeune Catherine Fournier, ex-candidate du Bloc québécois en 2015, a remporté l’investiture péquiste, et encore plus facilement, l’élection complémentaire dans Marie-Victorin.

Elle est ainsi devenue la plus jeune femme élue à l’Assemblée nationale de l’histoire du Québec.

1- Crise dans l’agglomération : une mésentente interminable

Le conseil d’agglomération de Longueuil aura été, encore une fois cette année, le théâtre de mésententes entre la mairesse de Longueuil et les maires de Brossard, Saint-Bruno et Saint-Lambert.

Le 5 octobre, les maires dissidents lançaient la campagne «On paie trop pour Longueuil». Cette campagne citoyenne vise à réformer le financement et la gestion de l’agglomération.

Panneaux géants, étiquettes pour voitures, campagne vidéo : les maires veulent à tout prix attirer l’attention du ministre des Affaires municipales Martin Coiteux.

La tension atteint son paroxysme lors de la séance du 20 octobre. Visiblement agacés par le discours de la mairesse de Longueuil, les maires de Brossard et de Saint-Bruno, Paul Leduc et Martin Murray, décident de quitter la salle du conseil avant la levée de l'assemblée.

Si quelques mains ont été tendues ici et là depuis octobre, force est d’admettre que rien ne laisse présager une résolution du conflit, du moins, à court terme.

 

 

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.