Actualités

175 000 travailleurs de la construction en grève générale illimitée

175 000 travailleurs de la construction en grève générale illimitée
Courtoisie: Alliance syndicale de la construction
Aimée Lemieux
le 24 mai à 15:30

L’Alliance syndicale de la construction est en grève générale illimitée depuis minuit hier soir, une organisation qui regroupe 175 000 travailleurs et travailleuses de la construction.

Des piquets de grève ont été installés à l’entrée de plusieurs chantiers. Le chantier du pont Champlain, entre autres, est paralysé par les actions de contestation.

 

La conciliation travail-famille serait le motif principal des revendications. «Les employeurs nous demandent de sacrifier du temps avec nos familles pour être disponible au travail. Il y a des limites à ne pas dépasser et elle est atteinte», a indiqué par voie de communiqué Michel Trépanier, porte-parole de l'Alliance syndicale de la construction.

 

«La grève était le seul choix qui nous restait. Nous avons négocié jusqu’à la dernière seconde afin de tenter d’en venir à une entente», a souligné le porte-parole.

 

En 2013, une première grève générale illimitée avait été déclenchée. Quatre ans plus tard, les mêmes demandes, la même fermeture et la même arrogance ont amené au même résultat, a également affirmé M. Trépanier.

 

Dans un communiqué mis en ligne, l’Alliance syndicale invite aux mobilisations pacifiques et rappelle l’importante de manifester dans le calme et le respect.

 

Des actions condamnées par le Conseil du patronat du Québec

 

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ), dont la mission est de s’assurer que les employeurs aient les meilleures conditions possibles pour prospérer au Québec, condamne vivement la grève générale illimitée.

 

«Tout le Québec retient son souffle en espérant que les travaux de construction pourront se poursuivre dans les plus brefs délais. Rappelons que les impacts d’une grève dans ce domaine sont majeurs pour l’ensemble de la société, se chiffrant en quelques dizaines de millions de dollars de perte pour chaque journée d’interruption», a déclaré par voie de communiqué Yves-Thomas Dorval, PDG du Conseil du patronat du Québec.

 

Le CPQ invite le gouvernement à établir une loi spéciale forçant le retour au travail.

 

Possible reprise des discussions

 

La ministre du Travail du Québec, Dominique Vien, a convoqué patrons et syndicats après le déclenchement de la grève générale illimitée pour tenter de relancer les négociations, selon les informations de Radio-Canada.

 

Toujours selon le média, l’adoption d’une loi spéciale ne serait pas envisagée actuellement par la ministre.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.