TVRS

TVRS

Blogue

On verra…!

| Par Gilles Pétel,
| Blogue, Les billets de Gilles
| Commentaires fermés

Mon dernier texte sur ce site a été celui de la semaine du 12 décembre. Donc, un congé de plus d’un  mois. Un congé salutaire après quatre années de textes hebdomadaire sur différents sujets d’actualité. Un ressourcement, un recul nécessaire pour mieux définir analyses et commentaires. Je n’ai pas pris congé de l’actualité quotidienne pour autant. Or, dans la masse de sujets d’actualités, c’est d’abord la Coalition Avenir Québec (CAQ) et le discours de son chef, François Legault, que je retiens. Sa politique du «On verra», répétée ad nauseam en réponse aux questions sur ses véritables objectifs, sa plate forme électorale, la nature des actions qu’il entend prendre, bref, sur son plan de match en prévision des élections générales probablement ce printemps, est franchement inquiétante. À un point tel, que cette expression est devenue un sujet de moquerie pour ses adversaires politiques.

Composition hybride

Autre élément d’inquiétude, sa composition. Gauche, droite, fédéralistes, souverainistes, bref, une formation hybride et hétéroclite. D’ailleurs, on entend déjà le murmure de la dissension au sein de la CAQ. Et l’ex-leader parlementaire de l’ADQ, maintenant caquiste, Sylvie Roy, a lancé la première pierre dans la mare après avoir pris connaissance des propos de l’ex-péquiste François Rebello, qui a déclaré la semaine dernière, qu’avec la CAQ, la porte de la souveraineté restait ouverte. «J’en ai discuté avec M. Legault», avait-il dit, lors de sa conférence de presse à laquelle j’ai assisté. «Non, c’est simple, y en est pas question, je ne suis pas d’accord. C’est clair?», a dit Mme Roy, questionnée sur cette question. Et avec cette femme de caractère, qui s’y frotte, s’y pique. D’ailleurs, on peut se questionner sur le temps que durera ce mariage de raison avant son éclatement.

Arrivée de “l’Abrasif”

Et la venue du p’tit dictateur Mario Bertrand, dit “l’Abrasif”, alors qu’il était chef de cabinet de Robert Bourassa, n’a rien de réjouissant chez les élus du parti. «On va mettre fin aux déclarations malheureuses comme celles de M. Rebello. On va encadrer les élus et les candidats», a dit M. Bertrand, dès son arrivée dans la cage de la CAQ. «Ce nest pas M. Bertrand qui va me dicter le ton que je dois employer, ni me souffler les réponses que je devrai livrer aux journalistes», m’a dit un élu de la CAQ, sous le couvert de l’anonymat! Bienvenue à la CAQ M. Bertrand. Comment des gens de droite, des fédéralistes convaincus comme Gérard Deltell par exemple, peuvent-ils s’entendre avec des gens de gauche et surtout avec un député qui continue d’affirmer que la souveraineté est possible. Comme aime répéter le chef Legault, on verra…

La force de Pauline Marois

Par ailleurs, je ne peux que constater l’extraordinaire force de caractère de la chef du Parti Québécois, Pauline Marois, qui traverse vents et marées avec courage et dignité. «La résilience de Mme Marois est admirable», disait l’éditorialiste Bernard Descôteaux, dans Le Devoir. «Sa décision de demeurer chef du Parti envers et contre tous, avait des allures d’ultimatum à l’endroit de ses adversaires. Soit, ils contestent ouvertement sa légitimité, soit, ils rentrent dans les rangs. On arrive au terme de la bataille. Et cet ultimatum de Mme Marois est le bienvenu», ajoute Descôteaux. Alors, le Conseil national qui se tient en fin de semaine prochaine nous apportera sans doute la réponse. «Pour avoir résisté, à ce jour, à toutes ces attaques à l’intérieur du PQ comme dans les médias, Pauline Marois commande le respect. Dans la tourmente, cette femme démontre une force de caractère sans commune mesure avec celle de nombreux prétendants au leadership passés et éventuels», écrivait pour sa part, Denis Bombardien, dans Le Devoir, la semaine dernière.

«Jean Charest se moque des québécois»

C’est la conclusion à laquelle arrive la députée caquiste Sylvie Roy dans l’application de la Loi 35. La goutte qui a fait déborder le vase c’est de voir des entreprises de Tony Acurso continuer à obtenir des contrats du gouvernement Charest (plus de 200 millions $ seulement avec le ministère des Transport), malgré la suspension des licences de Constructions Louisbourg Ltée et Simard-Beaudry Construction Inc. En effet, pendant ce temps, une autre compagnie appartenant à Acurso, Louisbourg SBC, poursuite allègrement ses activités. «Le ministère des Transports a donné 196 millions $ à une compagnie jumelle qui ont été sanctionnées et Louisbourg SBC en sort indemne. C’est clair que cette Loi 35 ne fonctionne pas. Le premier ministre a ri des québécois», dit-elle. Mais, je répondrais à Mme Roy, ça fait plus de trois ans que ce gouvernement Charest se moque des québécois. Je n’ai pas assez d’espace pour en faire la démonstration. Et avec un pourcentage de vote qui se situe autour de 16 ou 17% chez les francophones, sondage après sondage, le PLQ ne peut espérer prendre le pouvoir… Ouf!

Les commentaires sont fermés.

TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.


Imprimé depuis la page : http://www.tvrs.ca/blogue/on-verra

TVRS

© TVRS, 2013 | Reproduction interdite

Télévision Rive-Sud
7445, Chemin Chambly
St-Hubert (Québec), QC, Canada, J3Y 3S3
www.tvrs.ca