TVRS

TVRS

Blogue

Improvisation et show de boucan!

| Par Gilles Pétel,
| Blogue, Les billets de Gilles
| Commentaires fermés

Le gouvernement Charest va sans doute passer à l’histoire comme étant le champion de l’improvisation et du recul, du show de boucan et de la promotion de l’image. À cet égard, le dossier des ponts Champlain et Mercier, en sont des exemples frappants. Là, le gouvernement vient d’annoncer la création d’un Comité de gestion de la circulation! On en fini plus de créer des comités chez Charest. Mais pour l’action concrète, on attend toujours. C’est comme la création du Comité de partenariat de Sam Hamad dans le dossier du pont Champlain, annoncée en grande pompe, il y a quelques mois. J’avais écris et dis que la conférence de presse du ministre Hamad n’était qu’un show de boucan visant à améliorer l’image du gouvernement Charest et que son projet était une coquille vide. Je me souviens que la mairesse de Longueuil entre autres, Caroline St-Hilaire, m’avait alors dit qu’il fallait cesser de chercher les bibites, tandis que le président de la Coalition Pont Champlain, Jacques Olivier, m’accusait d’être un peu sévère à l’endroit du gouvernement Charest. Alors, Mme la mairesse, à part les bibittes qui le rongent, où en est le Comité de partenariat?

De plus, rencontré il y a une dizaine de jour, M. Olivier, de son côté, me faisait part de son raz le bol du Comité de partenariat et qu’il aurait une rencontre avec le ministre Hamad (13 juin) pour avoir des réponses sur ce que devient ce comité dont en n’entend plus parler. Autre show de boucan, le dernier en lice, est le Plan Nord, annoncé comme le projet du siècle, qui finalement n’est rien d’autre qu’un projet flou, un plan devenu une démarche. Que dire également de la conférence de presse qui a coûté la modique somme de 45,000$ aux contribuables pour l’annonce d’un programme d’autos hybrides, un plan non-réaliste, un plan d’électrification insuffisant selon plusieurs experts, et qui ne visait, une fois de plus, qu’à donner une image sympathique à ce moribond gouvernement. Puis, il y a l’improvisation du gouvernement Charest dans le dossier de l’amphithéâtre de Québec. À un point tel, qu’il doit reculer sur le projet de Loi 204, projet reporté à l’automne.

Longue liste de reculs et d’ improvisations

Et ce n’est pas d’hier que ce gouvernement fait un p’tit pas en avant puis deux p’tits pas en arrière. En 2003, la 1re vice-présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot, se réjouissait de la décision du gouvernement Charest de reculer en retirant les mesures de contrôle visant à comptabiliser la présence des enfants dans les services de garde. Recul aussi dans la privatisation du Mont Orford, «Le Suroît: Charest recule», titrait Le Devoir, en février 2006. En 2009, l’improvisation du gouvernement Charest était confirmée une fois de plus dans le dossier du développement de l’énergie éolienne, en reportant les appels d’offre. Dans le domaine de la santé, en parlant du ticket modérateur, le premier ministre Charest disait que c’était une décision visionnaire et courageuse, mais le lendemain, il reculait et l’abandonnait! Autre exemple d’improvisation et de recul. Plus récemment, le gouvernement Charest reculait dans le dossier de Recyc-Québec et la Commission de l’équité salariale. Dans le dossier de la Loi 101, net recul du français. «La ministre St-Pierre et Jean Charest prennent les Québécois pour des caves avec leur loi 101!», disait le président du Mouvement Montréal français (MMF), Mario Beaulieu. Le gouvernement Charest, par la voix du ministre Arcand, recule dans le dossier d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste. «En annonçant le resserrement des conditions d’exploration des gaz de schiste, tel qu’annoncé à la dernière minute par le ministre libéral Pierre Arcand, le gouvernement Charest avoue enfin qu’il développe à l’aveuglette, sans vraiment savoir où il se dirige», disait alors la députée Martine Ouellet. Nouvel exemple d’improvisation de la part du gouvernement dans le domaine de la justice. La libération de 31 accusés des Hells Angels révèle le manque de ressources du système judiciaire au Québec. Improvisation et incohérence du gouvernement Charest également dans le projet de loi sur les poursuites abusives, notamment les poursuites-bâillons. J’arrête ici, car j’en aurais pour des pages et des pages pour faire la nomenclature de tous les reculs et improvisations du gouvernement Charest.

Les deux mains sur le volant

Depuis son élection et malgré ses prédictions, Jean Charest n’a jamais eu les deux mains sur le volant et il a pris le champs! Que ce soit la Santé, la Caisse de dépôt, les FIERS, l’éthique, la nomination des juges, la laïcité, les écoles passerelles, les garderies privées, la construction, le financement politique, les infrastructures routières, rien de concret n’a été réalisé. On a eu droit, à ce jour, à la création d’une multitude de comités, mais peu ou pas d’action. Bref, comme la rumeur a circulé récemment, ce serait une maudite bonne idée et probablement votre meilleure décision depuis des lunes M. Charest, de déclencher des élections générales à l’automne. Mais hélas, vous nous avez habitué à tant de reculs, qu’il serait étonnant que ce souhait se réalise! Pour vous, c’est évident, l’image, le pouvoir et les p’tits amis d’abord, le bien-être et l’écoute des citoyens et payeurs de taxes, plus tard, peut-être… Et le mot de la fin appartient au député de l’opposition officielle, Alexandre Cloutier: «À l’évidence, le gouvernement Charest n’a pas de vision claire et structurée sur la façon dont il entend amener le Québec à une indépendance administrative cohérente et progressive. En attendant, si au moins il mettait fin à son improvisation, le Québec s’en porterait un peu mieux».

Les commentaires sont fermés.

TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.


Imprimé depuis la page : http://www.tvrs.ca/blogue/improvisation-et-show-de-boucan

TVRS

© TVRS, 2013 | Reproduction interdite

Télévision Rive-Sud
7445, Chemin Chambly
St-Hubert (Québec), QC, Canada, J3Y 3S3
www.tvrs.ca