TVRS

TVRS

Blogue

Forum économique de Longueuil: Rien de significatif

| Par Gilles Pétel,
| Blogue, Les billets de Gilles
| 2 commentaires

Pour une première, les attentes étaient sobres et modestes mais on espérait une prise de décision, un geste significatif, ou de l’audace. Mais à la lumières des informations recueillies, rien de concret, de significatif, n’est finalement sorti du premier forum économique de l’agglomération de Longueuil, qui se tenait la semaine dernière. Les participants, entre 150 et 200 selon des sources différentes, ont manifesté leur impatience sur plusieurs dossiers, dont celui du pont Champlain, du transport en commun, du prolongement de la ligne de métro, du SLR, de l’aéroport de St-Hubert, de l’environnement et de l’énergie verte, mais ça s’est arrêté là. Je n’ai pas assisté à ce forum économique. Je suis rentré au pays quelques jours auparavant, après près de trois mois passés en Europe. Mais en prenant connaissance du compte rendu de ce forum et en consultant certains journalistes présents, on a eu droit une fois de plus, à des constats d’échecs et à des voeux pieux pour promouvoir, accélérer ou assurer le développement économique de l’agglomération Longueuil. On y a répété qu’il faut passer à l’action, mais alors, dans ce sens, le forum économique de la semaine dernière est resté muet sur les mesures à prendre pour passer justement à l’action. J’ai déjà écris dans cette chronique qu’au Québec on est les champions de création de comités.

Qu’à cela ne tienne, un Comité du suivi de ce premier forum a été créé! Si aucune décision concrète n’a été prise sur les mesures à prendre pour faire avancer les dossier sur lesquels ce comité à travaillé ou s’est penché, on va faire le suivi de quoi exactement? On a l’impression que ça fait des années lumières qu’on parle du SLR, d’un nouveau pont Champlain, du prolongement de la ligne du métro, de l’amélioration du transport en commun. Me semble que l’occasion était belle de poser des gestes courageux et significatifs. Organiser par exemple, des manifestations populaires de masse en des endroits stratégiques, bureau du premier ministre, bureau du ministre des transport, du développement économique, tant au provincial, qu’au fédéral, mobiliser des groupes cibles ou la population rive-sudoise en général. Tous les dossiers importants “traînent” depuis si longtemps qu’il serait même légitime à mon avis, de poser des gestes délinquants en boycottant par exemple différents services publics! Mais je rêve, parce que nous, québécois, sommes habités par toutes les peurs, toutes les craintes. Et au 2e forum économique de l’agglomération Longueuil l’an prochain, on va répéter les mêmes bêtises, manifester les mêmes impatiences, les mêmes inquiétudes. C’est une attitude qui semble viscérale chez-nous, québécois. Colonisés un jour, colonisés toujours écrivait récemment un éditorialiste du quotidien La Presse…

Statut de l’agglomération

Par ailleurs, la mairesse Caroline St-Hilaire souhaite que Québec crée une région administrative distincte pour l’agglomération Longueuil, qui appartient à la Montérégie. Belle intervention, autre souhait, sauf que je m’explique mal cette demande. On en parle d’ailleurs depuis près de 30 ans. Il y a 17 régions administratives au Québec, Montréal étant la plus importante, avec une population de plus de 1,8 millions d’habitants, suivi de la Montérégie, plus de 1,4 millions. Elles furent créées en mars 1966, puis réorganisées en décembre 1987. Auparavant, ces régions étaient appelées «districts». Rappelons brièvement que chaque région administrative est délimitée par les usages et l’appartenance, conférant ainsi à leurs citoyens un droit exclusif commun de propriété et de gestion sur l’étendue de leur territoire régional. Alors, les compétences propres à chaque région, définies par la jurisprudence, relèvent ainsi du droit à l’autogouvernance – liberté de choix – et de la souveraineté régionale.

Or, la région administrative de la Montérégie est répartie en trois régions, distinctes et indépendantes, chacune organisée au même titre qu’une région administrative sur son territoire. Ce sont l’agglomération de Longueuil, Montérégie-Est et Vallée du Haut St-Laurent. Alors, faudrait que Mme St-Hilaire m’explique comment elle peut justifier sa demande de région administrative distincte pour l’agglomération Longueuil et en quoi cela changerait la situation, puisqu’elle a déjà ce statut. Mes connaissances étant limitées, j’aimerais qu’on éclaire ma lanterne à cet égard… Enfin, selon Rive-Sud Express, et je cite: «Un cri du cœur a clairement résonné chez les participants de ce premier forum économique: Ça suffit les “faut qu’on”, les “faudrait” et les “va falloir”. On veut des projets, des actions, du concret». Mais, à moins que je me trompe, aucune décision, aucun geste, aucune suggestion, aucune proposition, niet, rien n’a été fait à la conclusion de ce forum, pour justement mettre un frein, mettre un terme à ces “faut qu’on”, les “faudrait” et les “va falloir”. Ça donné quoi de concret ce forum économique?

2 commentaires

En tout respect, je vous suggère de ne pas commenter des événements auquels vous n’avez pas assisté. Votre propos est une contribution éloquente au cynisme ambiant.

KB.

Commentaire par Keny Behar — 13 septembre 2011 @ 12 h 05 min



M. KB, visiblement, vous ne savez pas grand chose de la planète journalistique. Que ce soit dans les grands médias nationaux ou internationaux, s’il fallait que chaque journaliste, chroniqueur ou éditiorialiste soit dans l’obligation d’assister à l’événement avant de le commenter, il n’y en aurait pas de commentaire…

Êtes-vous assez naif pour penser que le commentateur assiste à tous les caucus des partis politiques, à toutes les réunions syndicales, et toutes les rencontres de presse de divers organismes publics avant de livrer son commentaire? Pensez-vous que chaque journaliste doit se rendre en Afganistan, en Irak, au Moyen-Orient et que sais-je encore, pour commenter ce qui se passe dans ces coins de notre planète?

J’habite la Suisse quatre mois par année. Est-ce que, pour autant, je suis lié au silence sur ce qui se passe chez-moi au Québec?

Ce sont la rigueur, le souci du détail, l’intégrité, la transparence, la recherche de la vérité qui doivent essentiellement guider le journaliste. Bref, on estime que les commentateurs n’assistent qu’à environ 5% des événements qu’ils commentent. Pour la simple et bonne raison, que ce n’est que rarement dans ces événements qu’on obtient toute la vérité parce que les organisateurs ou les responsables sont trops souvent obsédés par l’image de la cohérence et de la solidarité. Parlez-en entre autres, à ceux et celles qui suivent de près, par exemple, les activités du PLQ…. C’est en dehors des caucus, des événements, que la recerche de la vérité est souvent la plus facile.
Respectueusement, Gilles Petel

Commentaire par Gilles Petel — 13 septembre 2011 @ 16 h 02 min



TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.


Imprimé depuis la page : http://www.tvrs.ca/blogue/forum-economique-de-longueuil-rien-de-significatif

TVRS

© TVRS, 2013 | Reproduction interdite

Télévision Rive-Sud
7445, Chemin Chambly
St-Hubert (Québec), QC, Canada, J3Y 3S3
www.tvrs.ca