Actualités

Zone industrialo-portuaire Contrecoeur-Varennes : l’entente est officiellement signée

Zone industrialo-portuaire Contrecoeur-Varennes : l’entente est officiellement signée
Pascal Dugas Bourdon
le 15 septembre à 15:30

Le maire de Varennes, Martin Damphousse, a annoncé ce matin que la Ville procédera officiellement à l’achat du terrain qui appartient à Pétromont, et ce, après plusieurs années de négociation. Il s’agit d’un lot de 15 millions de pieds carrés situé dans l’ancien secteur pétrochimique. Varennes paiera 16,5 millions $ pour son acquisition. L’achat devrait se réaliser en deux temps. D’ici Noël, la Ville décaissera 8,6 millions $ pour acquérir une portion du terrain déjà décontaminé ou qui n’a jamais été en contact avec une substance pétrolière. L’autre moitié sera acheté seulement lorsque Varennes aura reçu la confirmation que le terrain est bel et bien décontaminé. Pour ce faire, M. Damphousse pourrait devoir attendre jusqu’en 2021. C’est Pétromont qui est responsable de la décontamination du lot. L’entreprise n’a pas voulu révéler le coût relié au processus, se contentant de dire qu’il nécessitait «plusieurs dizaines de millions de dollars». Il s’agit d’une opération complexe. Certaines des terres sont contaminées jusqu’à sept mètres de profondeur. Occasions d’affaires Varennes souhaite acquérir ce terrain dans le but de revendre des parts à des entreprises qui viendraient s’installer dans sa ville. «Il y a déjà énormément d’entreprises très intéressées. On parle d’une très grande superficie, donc il y a un intérêt, c’est manifeste», a mentionné M. Damphousse, sans aller jusqu’à dire que des ententes avaient déjà été conclues. «Nous négocions avec Pétromont depuis de nombreuses années pour acquérir ces terrains. [Avec l’arrivée de la zone industrialo-portuaire], on savait qu’on avait un lieu stratégique indéniable.» Pour une ville, les profits générés par la vente d’un terrain ne sont pas imposables. C’est entre autres comment Varennes peut tirer un avantage comparatif dans ce genre de transaction, croit M. Damphousse. «Pour une ville, la dynamisation des entreprises [permet] la taxation, la création d’emplois et le développement économique», a résumé le maire. L’entreprise Pétromont avait fermé ses portes en février 2008.    


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.