Actualités

Ville de Brossard: entente de 547 000 $ avec une application de covoiturage

Ville de Brossard: entente de 547 000 $ avec une application de covoiturage
Courtoisie: Netlift
Aimée Lemieux
le 24 avril à 14:40

Brossard investit 547 000 $ et accorde un contrat d’un an à l’entreprise Netlift, une application de covoiturage automobile, pour un projet pilote de micro-transit destiné aux résidents de la Ville.

La première fois, du même coup, qu’une municipalité québécoise met des fonds publics à la disposition des citoyens pour améliorer la mobilité via une plateforme multimodale, c’est-à-dire qui implique plusieurs modes de transport.

 

Le projet pilote, basé sur le principe de covoiturage, jumèle les conducteurs et les passagers pour des trajets précis et selon des horaires qui conviennent à l’un et à l’autre. Un citoyen qui se rend à Boucherville chaque matin pour le travail, par exemple, peut prendre un ou plusieurs passagers intéressés par le trajet. Netlift établit les jumelages possibles et propose des utilisateurs potentiels.

 

«Les avantages de notre entente avec Netlift sont multiples pour Brossard. Investir dans des infrastructures de transport en commun est complexe et coûte très cher. Le projet pilote mise sur l’engagement des citoyens et sur les possibilités offertes par l’économie de partage pour augmenter la disponibilité et la diversité des offres de transport sur le territoire», a souligné par voie de communiqué le maire Paul Leduc.

 

Les différentes modalités de l'entente

 

Contrairement à la formule proposée par Uber, les conducteurs, dans le cas présent, ne sont pas payés. L’application rembourse plutôt une partie des dépenses liées aux trajets, notamment le stationnement, le kilométrage et l’essence. Pour le passager, les coûts sont perçus mensuellement en fonction de ses déplacements.

 

L’entente entre Netlift et Brossard prévoit que la Ville assume une partie des coûts d’utilisation des passagers. Un forfait de covoiturage de 195 $ par mois, par exemple, sera réduit à 75 $ parce que Brossard entend payer la différence.

 

Le contrat de service est «une très grande marque de confiance de la Ville, indique Marc-Antoine Ducas, président-directeur général de Netlift. Elle accepte de faire appel à une jeune entreprise et aux nouvelles technologies pour solutionner des problèmes complexes de mobilité au profit de ses citoyens utilisateurs».

 

Netlift est téléchargeable gratuitement sur téléphone intelligent. La mise en œuvre de l’entente se fait à partir du 15 mai prochain.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.