Actualités

Vieux-Longueuil : parmi les plus défavorisés de l’agglomération

Vieux-Longueuil : parmi les plus défavorisés de l’agglomération
Emilie Tremblay
le 18 juin à 16:40

Une plus haute proportion de gens vivant sous le seuil de faible revenu, un revenu médian après impôts le plus bas, et près d’une personne sur quatre n’ayant aucun certificat, diplôme ou grade : c’est ce que révèle le portrait social de l’arrondissement du Vieux-Longueuil.

Lancé mardi après-midi par Développement social Vieux-Longueuil (DSVL), ce portrait, un projet accompli sur deux ans, détaille la réalité des citoyens du Vieux-Longueuil sous forme de statistiques sur une variété de sujets : transport, revenu, immigration, scolarité, logement et plusieurs autres.

Les statistiques ne mentent pas, le Vieux-Longueuil est, à plusieurs égards, l’arrondissement le plus pauvre de Longueuil et même de l’agglomération.

Près de 15 % de sa population vit sous le seuil de faible revenu, alors que la moyenne de l’agglomération est de 9,6 % et celle de la province de 9,2 %.

Environ une personne sur quatre, soit 18,6 % de la population de 25 ans et plus, ne possède pas de certificats, diplômes ou grades, encore une fois la proportion la plus élevée de l’agglomération.

La majeure partie des écoles primaires de la Commission scolaire Marie-Victorin (CSMV) ont une valeur élevée de défavorisation.

Le revenu médian après impôts des ménages avec enfants non immigrants est de 68 531 $. Celui des ménages immigrants avec enfants est de 64 894 $, malgré le fait qu’il est deux fois plus commun que le principal soutien d’une famille immigrante possède un certificat, diplôme ou grade universitaire supérieur.

Selon l’agente de recherche de la Corporation de développement communautaire de l'agglomération de Longueuil (CDC AL), Élaine Fournelle, ces données pourront entre autres servir aux organismes à déterminer les besoins prioritaires dans l’arrondissement et intervenir de concert.

Du côté de la Ville de Longueuil, la chef du bureau du développement social et communautaire, Thérèse Sainte-Marie, a affirmé que son bureau avait été mandaté pour travailler à l’élaboration d’une politique de développement des collectivités à l’échelle de Longueuil. Selon elle, le portrait vient aider à cerner les enjeux et les besoins de l’arrondissement et pourrait servir dans la définition des orientations de la nouvelle politique.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.