Actualités

Vague de décès sur le territoire : le SPAL arrête quatre individus

Vague de décès sur le territoire : le SPAL arrête quatre individus
Aimée Lemieux
le 30 mai à 16:00

Sept décès survenus sur le territoire depuis les deux dernières semaines ont amené le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) à lancer une enquête pour faire la lumière dans ce dossier. Celle-ci a conduit à l'arrestation de quatre individus ainsi qu'à la saisie d'une importante quantité de stupéfiants mardi soir sur l'île de Montréal.

Depuis le 12 mai, sept personnes sont décédées dans l'agglomération de Longueuil. Même si « aucun élément ne permet pour l'instant d'établir clairement les causes du décès, que ce soit par surdose ou cause médicale », la police de Longueuil a « rapidement pris en charge » une enquête, qui a permis de relier une vendeuse de stupéfiants à un consommateur retrouvé mort dans les derniers jours.

 

Les enquêteurs de Longueuil ont procédé mardi soir à l'arrestation de deux femmes âgées de 24 ans et d'un homme de 26 ans, qui font face à des accusations de trafic de stupéfiants et de possession de stupéfiants en vue d'en faire le trafic. Un quatrième individu âgé de 44 ans a également été arrêté en vertu d'un mandat d'arrestation.

 

Sur place, les policiers de Longueuil ont mis la main sur plus de 570 comprimés de drogue de synthèse, ainsi que de l'héroïne, du crystal meth, du haschich, du cannabis, des champignons hallucinogènes et du GHB. Trois imitations d'armes à feu et plus de 800 munitions ont également été saisies.

 

Leur comparution devrait avoir lieu mercredi, informe la police de Longueuil.

 

Mise en garde de la Direction de santé publique

En parallèle avec cette vague de décès, la Direction de santé publique de la Montérégie a émis un avertissement le 18 mai dernier, indiquant que « des cas de surdoses sévères sont survenus chez des personnes pensant avoir acheté de la cocaïne », alors qu'il s'agissait plutôt « d'une cocaïne contaminée ».

 

Dans d'autres cas, « une poudre brune vendue comme de la cocaïne, mais qui était en fait une drogue plus forte » était liquidée aux consommateurs.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.