Actualités

Une super-clinique ouvrira ses portes à Longueuil

Une super-clinique ouvrira ses portes à Longueuil
Le bâtiment qui abritera la super-clinique (Google Street View)
Pascal Dugas Bourdon
le 27 février à 13:55

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé vendredi matin la création de la première super-clinique en Montérégie, «afin d’améliorer l’accès aux médecins de famille».

C’est le Groupe de médecine de famille Clinique Azur, situé dans l’arrondissement de Greenfield Park et à deux pas de l’hôpital Charles-LeMoyne, qui sera converti comme tel.

La super-clinique devra être ouverte au moins 12 heures par jour, tous les jours de la semaine, pour un total hebdomadaire de 84 heures. Des services de prélèvements seront offerts sur place et les patients auront aussi accès à des services d'imagerie médicale.

Pour mériter l’appellation de «super-clinique», les médecins devront avoir recours au dossier médical électronique, répondre aux besoins de la population en cas d’une augmentation de la demande (en période de grippe, par exemple) et fournir un minimum de 50 000 consultations par année aux patients non-inscrits auprès des médecins de la super-clinique.

«Je suis heureux que ce nouveau mode d'organisation des services suscite l'adhésion d'un nombre grandissant de médecins, ce qui contribue à améliorer de manière concrète l'accès aux soins de première ligne», s’est réjoui M. Barrette.

De son côté, la ministre responsable de la Montérégie, Lucie Charlebois, «espère que d’autres cliniques et professionnels se joindront rapidement au mouvement».

«Un leurre», selon Diane Lamarre

Selon la critique en matière de santé pour le Parti québécois, Diane Lamarre, l’implantation de cette super-clinique à Longueuil est «un leurre» pour la population, qui jouit déjà à cet endroit d’heures prolongées pour consulter un médecin sans rendez-vous.

«Les gens de la Rive-Sud ne sont pas dupes. […] C’est une clinique qui est déjà ouverte, depuis de nombreuses années, et qui offrait déjà énormément d’heures», affirme Mme Lamarre, qui croit que l’annonce de vendredi dernier n’est que de la poudre aux yeux.

«Cette clinique offrait déjà [en septembre dernier] des heures annoncées de 8 h à 22 h, ce qui fait 14 heures. Le ministre nous promet maintenant 12 heures par jour», a ajouté Mme Lamarre, qui parle d’«un leurre» pour la population.

La seule différence, concède Mme Lamarre, c’est que «quatre petites heures par jour» la fin de semaine s’ajouteront aux huit heures déjà offertes.

«Ce n’est vraiment pas 50 000 nouvelles places qui vont accueillir des citoyens de la Rive-Sud qui ont besoin de voir un médecin, et ça, c’est trompeur pour la population», affirme-t-elle.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.