Actualités

Une simulation d’accident pour sensibiliser les jeunes

Une simulation d’accident pour sensibiliser les jeunes
Emilie Tremblay
le 22 mai à 16:00

Plus de 4000 finissants du secondaire de l'agglomération de Longueuil assisteront à la simulation d’une collision entre deux véhicules le 22 et le 23 mai au Colisée Jean-Béliveau.

L’objectif du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM), du Service de sécurité incendie de l’agglomération de Longueuil (SSIAL) et de leurs partenaires est de sensibiliser les adolescents à la conduite avec facultés affaiblies par l’alcool et la drogue et à ses conséquences, particulièrement à l’approche des bals des finissants.

Les élèves de 24 écoles participantes verront donc l’entièreté d’une intervention d’urgence faite par des pompiers, des policiers et des ambulanciers dans des situations de collision mortelle.

Des comédiens, jouant le rôle des passagers, des conducteurs et des victimes de l’accident, arborent de fausses blessures et crient de douleur. La simulation montre aussi l’arrestation du conducteur fautif et la suite de la mise en scène, à l’hôpital.

Le clou du spectacle se situe réellement à la fin, alors que Julien Racicot adresse quelques mots poignants aux jeunes. Le trentenaire est paralysé des épaules aux orteils après avoir conduit avec des facultés affaiblies à l’âge de 18 ans.

« Si j’avais su ce soir-là, où j’ai fait le party avec mes chums, ce soir-là où j’ai fumé mon joint par moi-même, où j’ai conduit mon auto par moi-même, ce soir-là où j’avais toute ma liberté, si j’avais su ce qu’il allait m’arriver, maudit que j’aurais fait les choses autrement. […] Parce que j’aurais su qu’un accident, ça peut m’arriver à moi aussi », a-t-il déclaré devant la foule silencieuse.

Il s’agit de la deuxième participation de M. Racicot à l’événement et il se dit enthousiaste à l’idée d’une troisième. « Si je peux faire une petite contribution pour sensibiliser les jeunes et semer une graine dans leur tête qui va peut-être les aider à avoir une certaine réflexion avant de conduire avec les facultés affaiblies, et bien pour moi c’est important de le faire. »


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.