Actualités

Une aide financière pour l’abattage des frênes à Longueuil

Une aide financière pour l’abattage des frênes à Longueuil
Emilie Tremblay
le 14 novembre à 10:15

Les Longueuillois propriétaires d’un frêne malade pourraient bientôt avoir accès à un programme d’aide financière pour l’abattage de leur arbre.

Lors du conseil municipal du 12 novembre, les élus ont adopté une recommandation en vue de l’adoption d’un règlement à cet effet. Ce règlement prévoit que les citoyens qui doivent faire abattre un frêne sur leur terrain privé, en raison de l’agrile du frêne, pourraient recevoir un montant maximal de 150 $ par frêne abattu. Ce montant totaliserait un maximum de 450 $ par immeuble.

Ce règlement sera soumis au prochain conseil municipal, le 3 décembre prochain, entrerait en vigueur pendant l’année 2020 et disposerait d’un budget de 350 000 $.  « L’agrile fait de terribles ravages partout au Québec et Longueuil n’y échappe pas, car c’est la grande majorité des frênes sur le territoire de la Ville qui devront être abattus. Ce programme, qui vise à aider les citoyens pour l’abattage de frênes sur les terrains privés, vient s’ajouter aux investissements de 11,1 M$ déjà prévus au Programme triennal d’immobilisations 2020-2021-2022 pour le verdissement et la lutte à l’agrile du frêne sur les terrains publics », a souligné la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent.

Seuls les citoyens propriétaires d’un immeuble à vocation exclusivement résidentielle d’un à trois logements s’étant procuré un certificat d’autorisation d’abattage et ayant fourni une preuve attestant que les travaux de coupe ont bien été réalisés pourront y avoir accès. Une seule demande d’aide financière pourra être adressée à la Ville par immeuble. Plusieurs autres conditions concernant les travaux d’abattage devront aussi être respectées. Cette aide financière s’appliquera seulement aux travaux effectués après l’entrée en vigueur du règlement.

Rappelons que l’agrile du frêne est responsable de la quasi-totalité des frênes malades. Ses larves se nourrissent d’une partie de l’arbre, sous l’écorce, empêchant la circulation de la sève et entrainant la mort de celui-ci.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.